RMC

"On ne veut pas que se reproduise le problème des masques": Système U veut vendre des auto-tests Covid

Invité de RMC, Dominique Schelcher, président de Système U, demande aux gouvernements et aux professionnels de santé de les associer aux discussions pour éviter un manque d'approvisionnement si le dispositif est autorisé.

Pourrons-nous bientôt nous tester nous-même? Dans plusieurs pays, les auto-tests sont commercialisés depuis plusieurs jours. C’est notamment le cas en Allemagne, aux Etats-Unis, et la Suisse devrait également autoriser ce dispositif très rapidement.

Face à ce nouveau dispositif, le groupe de Supermarché U s’est positionné pour commercialiser ces auto-tests dans les grandes surfaces.

“Aujourd'hui, on pose la question est-ce que ça va arriver en France pour se préparer et qu’il n’y ait pas de problème d’approvisionnement si les autorités les autorisent à la vente publique. Quand on écoute les spécialistes, l’intérêt de ces tests, c’est qu’aujourd’hui il y a une difficulté en France entre le moment où on se fait tester et le moment où on a le résultat. Et c’est souvent dans cette période où on peut être contaminant et donc où ça pose problème. L’auto-test, même si je ne suis pas un spécialiste, permet d’aller plus vite”, explique au micro de RMC Dominique Schelcher, président de Système U.

Mais ce dispositif est-il réellement fiable? S’il ne se risque pas à dire si oui ou non, ils le sont, Dominique Schelcher demande plutôt pour les autres pays les autorisent si ce n’était pas le cas.

“Moi, je ne suis pas spécialiste de ça, mais je dis qu’une question se pose parce que ça arrive, ça a rencontré le public à l’étranger et visiblement, les gens ont été sensibles à ces auto-tests. Et puis ça permettrait sans doute de tester beaucoup plus de monde. La question, c’est est-ce qu’il faut rester sur le dispositif actuel ou autoriser plus de tests et donc permettre à plus de gens de se tester?”, questionne-t-il.

Une vingtaine d'euros les cinq tests?

La Haute autorité de santé va commencer à en parler ce vendredi pour une décision peut-être dans le mois. C’est pourquoi Système U indique avoir voulu se positionner très tôt.

“On ne veut pas que se reproduise le problème des masques il y a un an. Je dis, associez-nous à la discussion de façon à ce que si la décision est prise favorablement, on puisse être prêt et mettre de service à la disposition des Français”, assure-t-il.

Il précise également que ce n’est pas pour faire du profit sur la peur des Français. Il rappelle par ailleurs que beaucoup d’autres produits pour lutter contre le Covid-19 sont vendus à prix coûtant.

“Tous ces produits que ce soit les masques les gels, nous comme les autres magasins, on les vend à prix coûtant depuis le début de la crise. L’idée depuis le début, c’est de participer à contrer cette crise, à protéger nos collaborateurs, nos clients donc s’il y a un nouveau dispositif demain, on est prêt à le distribuer”, insiste-t-il.

Alors des auto-tests, mais à quel prix ? “Aucune idée du prix en France. En Allemagne, cela coûte à peu près une vingtaine d’euros pour cinq tests”, précise Dominique Schelcher.

Guillaume Descours