RMC

Tests salivaires dans les écoles: objectif largement revu à la baisse par le ministère de l'Éducation nationale

RMC
Dans les départements où ces tests ont commencé au retour des vacances il y a deux semaines, on est très loin du compte.

Le gouvernement mise aussi beaucoup sur les tests salivaires dans les écoles. Mais il s'est peut-être avancé un peu trop tôt vite sur ses objectifs. En début de semaine, Jean-Michel Blanquer indiquait que 300.000 tests seraient réalisés chaque semaine dans les écoles à la mi-mars. 

Objectif revu à la baisse, selon une source au ministère de l'Éducation qui reconnaît que cet objectif ne sera atteint qu'à la fin du mois.

>> A LIRE AUSSI - Tests salivaires dans les écoles: 1.700 étudiants vont être recrutés pour aider

Les écoles concernées par les tests salivaires, Cécile Olagnon arrivent presque à les compter sur ses doigts.

“Il y a eu une douzaine d’écoles dans lesquelles ses tests se sont passés alors que dans la Loire, il y a 471 écoles. Donc c’est très peu”, juge-t-elle.

Pour la secrétaire du syndicat de personnels SNUIPP-FSU pour la Loire, le ministère de l'Éducation ne met pas les moyens nécessaires.

"Il est impossible de généraliser à grande échelle ces tests avec seulement l’aide des infirmières scolaires, elles ne sont pas assez nombreuses. Il faut trouver des laboratoires, du temps, il faut le préparer, il faut anticiper. Chose qui n’a pas été faite", appuie-t-elle.

Colère des parents d'élèves

Et parmi les déçus, il y a aussi les parents d'élèves. Boris Charetiers représente la FCPE pour le Rhône.

"C’est un effet d’annonce avec un sentiment de déception et surtout un sentiment de frustration parce qu’une fois de plus, les parents d’élèves n’ont pas été concertés pour la mise en place de protocole ne serait-ce qu’une mise en place d’aide pour les écoles", assure-t-il.

Et 1700 médiateurs doivent être recrutés pour aider à la réalisation de ces tests dans les 61.500 établissements de France.

Gwenaël Windrestin avec Guillaume Descours