RMC

"On peut se contaminer en France ou au Portugal, mais loin non", dénonce le voyagiste Jean-François Rial

Victime de la crise sanitaire qui la prive de ses remontées mécaniques, la montagne, star des vacances d'hiver, peine à attirer les visiteurs. Et les Français ne peuvent se tourner vers l'étranger les voyages hors Union Européenne étant interdit.

Quelles vacances de février pour les Français. Le gouvernement a choisi il y a quelques jours de ne pas reconfiner. Il a plutôt opté pour un renforcement du couvre-feu. D’autre part, les remontées mécaniques resteront fermées tout le mois et les voyages non-essentiels hors de l’Union européenne sont interdits. Une situation qui n’avantage pas le secteur touristique déjà en grande difficulté.

Pourtant, le gouvernement a incité les Français à ne pas annuler leurs vacances expliquant qu’ils pourraient partir. Une position que ne comprend pas Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du monde. 

“J’ai du mal à comprendre que le gouvernement dise qu’on peut faire ce qu’on veut puisque en gros à part la France et l’Europe, vous n’avez pas le droit de voyager. Depuis que je suis voyagiste, c’est la première fois que je vois ça. Donc, en fait, on peut se contaminer en France, ça il n’y a pas de soucis, on peut aller se contaminer au Portugal, mais par contre loin on ne peut pas”, indique-t-il.

Il précise cependant que beaucoup vont sans aucun doute contourner cette interdiction de voyage hors UE en passant par une capitale européenne qui n’a pas interdit les voyages à l’étranger.

Peu d'options pour partir

Malgré tout, les chiffres des vacances enregistrent des baisses record. 

“Globalement, les Français se sont adaptés. Ils partent en moyenne montagne comme dans les Vosges ou le Jura. Mais évidemment, ils ne vont pas dans les stations alpines, les grandes stations parce que c’est assez glauque. Il n’y a pas de remontées mécaniques, pas de restaurants… Ca n’a pas beaucoup de sens”, assure-t-il.

Alors qu’est-ce que les Français vont pouvoir faire pour les vacances. “Pas grand chose”, tranche le voyagiste. “Il y a la France et le nord de l’Italie, ou les restaurants et les hôtels rouvrent”, indique-t-il, conseillant plutôt de se projeter pour plus tard. 

Guillaume Descours