RMC

Où sont passés les autotests? La Fédération du Commerce et de la Distribution dénonce le "lobbying des pharmaciens"

DOCUMENT RMC - Le président de la Fédération du Commerce et de la Distribution dénonce la décision de la Direction Générale de la Santé qui a affirmé qu'elle n'autoriserait pas la vente des autotests dans les magasins.

C’est un coup de gueule qu’a décidé de pousser sur RMC Jacques Creyssel, président de la Fédération du Commerce et de la Distribution. Il y a quelques jours, la grande distribution annonçait avoir commandé des autotests. Une nouvelle façon de se tester qui ne nécessite pas un professionnel de santé.

Depuis, le frein à main a été tiré. En effet, la Direction Générale de la Santé a affirmé que ces autotests ne seraient finalement pas vendus en grande-surface.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: bientôt disponibles en France, comment fonctionnent les autotests?

Une décision qui irrite fortement Jacques Creyssel. 

“On a du mal à suivre. Il y a quinze jours, le directeur général de la santé a dit que les autotests seraient vendus dans les pharmacies et dans tous les magasins d’alimentation. Et aujourd’hui on nous dit que ce n’est pas possible. Le ministre de la Santé laisse entendre que ce ne serait peut-être même pas vendu”, indique-t-il sur RMC.

Un "lobbying" des pharmaciens?

Il dénonce un lobbying des pharmaciens qui ont voulu conserver le monopole des tests.

"Le président des pharmaciens a dit, ‘qu’un auto-test nécessite un testeur professionnel’. Ce qui est quand même absolument incroyable. On a un peu l’impression qu’une voiture autonome a besoin d’un chauffeur externe. C’est complètement absurde. 

Nous demandons tout simplement de pouvoir participer à la politique de test qui est considérée comme étant une politique prioritaire par le gouvernement. Là aussi, un peu de logique ferait du bien”, appuie-t-il.

>> A LIRE AUSSI - "On ne veut pas que se reproduise le problème des masques": Système U veut vendre des autotests Covid

Il dénonce également une décision de non-sens alors que dans plusieurs pays européens comme en Allemagne, les autotests sont déjà en vente dans les grandes surfaces depuis des semaines.

"Visiblement, quelqu’un est intervenu pour que la décision soit exactement l’inverse que celle annoncée par les pouvoirs publics qui était une décision extrêmement claire. Dans les autres pays, il n’y a aucun problème. On ne comprend pas pourquoi en France, une fois encore, on se renvoie la balle d’autorité en autorité”, dénonce-t-il. 
Guillaume Descours