RMC

Paquet de cigarettes à 10 euros en 2020: l'inquiétude des buralistes

Le paquet de cigarettes va de nouveau augmenter de 50 centimes au 1er novembre avant de passer à 10 euros d'ici la fin de l'année 2020. Les buralistes s'inquiètent pour leur avenir.

Le paquet de cigarettes coûtera bien 10 euros d’ici la fin de l’année prochaine. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, l’a confirmé mercredi matin sur RMC. Une nouvelle hausse de 50 centimes est prévue dès le mois prochain.

Ce sera la neuvième révision des prix du tabac depuis l’arrivée du gouvernement Macron en mai 2017. Et la deuxième hausse de l’année après celle du mois de mars, 50 centimes de plus, en relevant les taxes.

La dernière forte hausse des taxes avait fait chuter les ventes de 9% de tabac l’an dernier. Le tabac qui tue 75.000 français chaque année.

Les buralistes toujours inquiets

Une conséquence directe de cette politique: de plus en plus de fumeurs vont à l’étranger pour acheter leurs cigarettes. Ce que dénonce ce jeudi matin sur RMC Cyrille Geiger, buraliste à Paris et membre de la Confédération des buralistes.

"La France va devenir deux fois plus chère que ses voisins, il y a besoin d’un petit voyage en tram à Strasbourg pour trouver une remise de 50%. Plus on creuse le fossé, plus la frontière se rapproche. On ne va pas lutter ad vitam contre quelque chose qui a déjà été décidé. Mais comment gère-t-on cette baisse chronique de fréquentation?"

283 tonnes saisies contre 160 l’an dernier sur la même période

La réglementation n’est en effet pas la même chez nos voisins et le paquet coûte généralement moins cher : 5€ en Espagne, un peu plus de 6€ en Belgique ou en Allemagne, on le trouve même à moins de 3€ en Bulgarie. On peut aller acheter ses cigarettes à l’étranger, mais pas plus de 4 cartouches, sous peine de sanctions. 

En deux ans : le nombre de français verbalisés pour avoir acheté à l’étranger plus de cartouches que le nombre autorisé a doublé selon les chiffres de Bercy. Quasiment 800 infractions constatées depuis le début de l’année, 283 tonnes saisies contre 160 l’an dernier sur la même période.

Le gouvernement a décidé de doubler les sanctions et de renforcer les contrôles en recrutant 700 douaniers supplémentaires.

Quentin Vinet (avec J.A.)