RMC

"Pas question de plaisanter avec le coronavirus": les Espagnols, confrontés à leur tour aux premières mesures pour éviter la propagation du virus

L’Espagne est aussi confrontée à la multiplication de cas de coronavirus. Le pays a dépassé la barre des 2000 cas, et enregistre 48 morts.

Nos voisins espagnols sont eux aussi confrontés à l’épidémie de coronavirus. Deux régions d’Espagne sont particulièrement touchées: Madrid, ses alentours et la zone autour de la ville de Vitoria, au pays Basque Espagnol, où des premières mesures ont été prises pour éviter la propagation du virus.

Dans ce magasin de fruits et légumes, "pas question de plaisanter avec le coronavirus". Anemiren, l’une des clientes, respecte donc les consignes très strictes ici: "Je mets des gants pour prendre les fruits. Pour ne pas me contaminer et pour ne pas contaminer les autres, au cas où".

"Les risques sont partout à partir du moment où l'on sort de chez soi"

Begona, la gérante, veille au grain. Elle n’hésite pas à être ferme s’il le faut: "Oui, il m’arrive de faire la police, mais de manière générale, les clients sont plutôt raisonnables".

Universités, lycées, collèges et écoles sont fermées pendant deux semaines. Aintzane Presa, mère de deux enfants, doit jongler pour garder ses deux enfants en bas âge: "Soit je prends des congés, pour garder les enfants, soit je travaille et ce sont les grands parents qui s’en occupent".

Et pour occuper ses enfants, direction le parc, malgré les risques de contamination: "Les risques sont partout, à partir du moment où l’on sort de chez soi, il faut bien se laver les mains et suivre les consignes".

Le gouvernement espagnol surveille de très près la situation, notamment dans les secteurs les plus touchés comme ici à Vitoria. Et si l’épidémie s’aggrave, il prendra des mesures plus contraignantes.

Jean-Wilfrid Forquès (avec C.P.)