RMC

Pollution au plomb à Notre-Dame: un nouveau cas de saturnisme détecté chez un enfant scolarisé près de la Cathédrale

Autour de Notre Dame, le plomb inquiète de plus en plus les familles quatre mois après l'incendie. Quatre-vingt nouveaux enfants ont été dépistés au mois de juillet et un second cas de saturnisme détecté.

Un nouveau cas de saturnisme, une intoxication au plomb, chez un enfant vivant près de Notre-Dame, a été dévoilé par l'Agence Régionale de Santé d'Île-de-France qui a publié mardi de nouveaux chiffres liés à la pollution autour de la Cathédrale, quatre mois après l’incendie.

Il s'agit d'un élève de primaire scolarisé rue Saint-Benoit, une des écoles fermée fin juillet à cause d'une concentration trop forte en plomb. Le taux exact dans son sang n'est pas donné par les autorités, mais on sait qu'il est supérieur à 50 microgrammes par litre, le seuil à partir duquel il faut mener une enquête sanitaire.

"Il y aurait dû y avoir une information beaucoup plus précise"

Six autres enfants présentent du plomb dans le sang, dans des quantités plus faibles entre 25 et 50 microgrammes par litre, ce qui exige tout de même "une vigilance", un suivi régulier par un médecin.

En juin, dix enfants étaient dans le seuil de vigilance et un onzième atteint de saturnisme, lié en partie à la présence de plomb sur son balcon, déjà contaminé avant l'incendie.

Ces chiffres inquiètent les familles et le collectif d'associations: "Nous sommes en colère parce qu’il y aurait dû y avoir une information beaucoup plus précise. Il y a urgence à se mettre face à ce problème majeur d’intoxication", clame Mathé Toullier, présidente de l'Association des Familles Victimes du Saturnisme.

Retards d'apprentissage et baisse de QI

Les autorités estiment qu’un suivi médical est nécessaire au contraire d’un traitement. Il faut surtout identifier et supprimer toutes les sources de contamination, alors que le plomb peut affecter le développement des enfants.

"Le plomb est un métal qui n’a pas d’effet seuil. Il est toujours toxique et d’autant plus qu’il va avoir des répercussions sur le système nerveux central en développement avec des retards d’apprentissage et des baisses de QI qui sont proportionnelles à la concentration en plomb. Cela dit cela n’intervient que pour des concentrations relativement élevées", explique Joël Poupon, toxicologue à l’hôpital Lariboisière.

Mardi, Anne Souyris, adjointe à la mairie de Paris chargée de la Santé, a invité tous les riverains de la cathédrale Notre-Dame éventuellement exposés à un pollution au plomb, à faire une plombémie.

Nicolas Traino (avec G.D.)