RMC

Port du masque et fermeture des bars et restaurants dès 23h: la maire de Marseille dénonce "deux poids, deux mesures" avec Paris

Lors d'une conférence de presse, Michèle Rubirola a dénoncé certaines décisions du gouvernement... qui lui a répondu.

La rivalité Paris - Marseille au sommet de l'Etat? La nouvelle maire de gauche de Marseille Michèle Rubirola a dénoncé jeudi "un deux poids deux mesures" de la part du gouvernement dans la gestion de la crise du coronavirus, regrettant des décisions pour la cité phocéenne prises "sans concertation".

"Le gouvernement a décidé depuis Paris de ce qui serait bon pour notre ville, sans engager le dialogue nécessaire avec les élus, et surtout sans nous donner les moyens de faire respecter les décisions qui sont les siennes", a accusé Mme Rubirola lors d'une conférence de presse commune avec Martine Vassal, la présidente LR de la métropole et du département des Bouches-du-Rhône, dans les locaux de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection du professeur Didier Raoult, lui aussi présent.

"Nous avons besoin que les décisions se prennent dans la concertation", a insisté la maire écologiste de Marseille, en réagissant aux mesures renforcées en vigueur depuis mercredi soir, à savoir le port du masque obligatoire dans tout l'espace public à Marseille, et la fermeture entre 23h et 6h des bars, restaurants et commerces d'alimentation générale dans toutes les Bouches-du-Rhône.

La réponse de Jean Castex

Quant au reconfinement, "il a été évoqué, si la situation continuait à se dégrader", à également confirmé la maire de Marseille: "Mais c'est inenvisageable", a-t-elle insisté, en soulignant qu'"à Paris, par contre, ils n'ont pas envisagé le reconfinement". 

 "C'est du deux poids deux mesures, je l'ai dit à (Jean) Castex (le Premier ministre) au téléphone, et je suis prête à le redire", a martelé Mme Rubirola.

Le Premier ministre, qui tenait une conférence de presse au même moment, à Paris, aux côtés notamment du ministre de la Santé Olivier Véran, a justement annoncé la prochaine obligation du port du masque dans l'ensemble de la capitale, elle aussi classée en zone rouge, comme les Bouches-du-Rhône.

Interrogé sur l'éventualité de fermer plus tôt les bars-restaurants à Paris, Jean Castex a répondu que les indicateurs sanitaires étaient "encore plus dégradés dans le Sud, notamment concernant les personnes âgées".

La rédaction de RMC (avec AFP)