RMC

Port du masque pour tous les adultes à l’école: l’apprentissage des plus jeunes sera-t-il affecté?

Tous les adultes devront porter un masque à l'école: la mesure pourrait compliquer l'apprentissage des jeunes enfants selon certains enseignants.

Une rentrée bien particulière avec la crise sanitaire. Jean-Michel Blanquer l'annonce et le confirme: le port du masque est désormais obligatoire pour tous les adultes de la maternelle au lycée, après l'annonce de l'obligation pour les collégiens et lycéens la semaine dernière.

Mais faut-il s'inquiéter pour l'apprentissage dans certaines matières, notamment le langage pour les plus petits ou des langues étrangères pour les plus grands? Avec ce nouvel accessoire, les enseignants vont devoir innover. 

Qu'en pensent les premiers intéressés: les enfants? A Toulouse, à l’école élémentaire privée Sainte-Marie-des-Ursulines, Jules, 5 ans, va entrer en grande section. Mardi, il fera la connaissance de sa nouvelle maîtresse, qui devra porter un masque: "C’est important que ma maîtresse mette le masque, parce que cela protège du coronavirus" souffle le petit garçon. 

Une obligation qui rassure Elodie, sa maman: "Il n’y a pas que les enseignants qui sont au contact des enfants, il y a les Atsem, les personnes en charge de la sécurité, de la cantine, et de la surveillance, on peut porter le masque au bureau, il est normal qu’à l’échelle scolaire cela soit la même chose". 

Des masques transparents?

"Ce qui peut être compliqué dans cette communication avec les enfants, c'est justement le mouvement du visage, selon Nicolas Wallet, directeur d'école à Paris et membre du syndicat SNUIPP-FSU. Quand on travaille notamment avec des petits, ou dans le langage, il y a quand même une importance de l'expression. Il va falloir qu'on trouve des solutions: il semblerait qu'il y a des masques transparents. Peut-être que c'est une piste à explorer, à condition qu'on nous les fournisse parce que c'est aussi un vrai sujet.

Elodie Leblond, directrice d’une école élémentaire privée de Toulouse, abonde dans ce sens:

"Si on prend une phrase toute simple, comme 'la vache mange dans le pré', il faut que l’enseignante puisse articuler, qu’elle puisse être comprise, il faut qu’elle vérifie que l’enfant a compris ce qui a été dit. Le langage c’est ce qui permet à l’élève de réussir sa scolarité ; donc il faut vraiment que les compétences qui sont travaillées en maternelle ne soient pas sous-estimées et le masque peut empêcher l’élève d’entrer dans certaines compétences". 

Reste que la "peur du masque", elle, n'inquiète pas. Selon Anthony, le papa de Jules, les enfants se sont déjà habitués à l'accessoire: "Pour lui, ce n’est pas nouveau, il va voir sa maîtresse porter le masque toute la journée, mais quand il va au centre aéré, elle porte le masque. Pour moi, on s’est juste habituer à vivre avec cela, et pour mon fils, ce n’est pas nouveau!"

Jean-Wilfried Forquès avec Xavier Allain