RMC

Pour la première fois sous la Ve République, la majorité va perdre sa majorité absolue en cours de mandat

RMC
La majorité présidentielle se fissure à l'Assemblée nationale, un groupe dissident de l'aile gauche de la majorité sera créé mardi.

Emmanuel Macron en passe de perdre sa majorité absolue à l'Assemblée Nationale. C'est en réalité la fin d'un long feuilleton qui se dessine. Depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, de nombreux députés de La République en Marche - souvent issus des rangs de la gauche - menacent de créer un groupe dissident.

Leur menace va passer à exécution dès mardi matin. Une vingtaine de députés (dont une dizaine actuellement membres de LREM) va officiellement lancer le groupe "Ecologie, démocratie, solidarité".

Fers de lance de ce groupe les députés Mathieu Orphelin (qui a déjà quitté la République En Marche), Paula Forteza, Aurélien Taché ou encore Delphine Batho (ancienne ministre de l'Ecologie sous François Hollande) et Cédric Villani (candidat dissident à la mairie de Paris, lors des municipales).

Ce groupe sera le neuvième constitué à l'Assemblée nationale. Il sera donc totalement autonome et indépendant de La République en Marche.

"On s'est banalisé, éloigné de notre projet. Maintenant, on doit resserrer les rangs"

Conséquence politique: la République En Marche va perdre sa majorité absolue à l'Assemblée Nationale. C'est historique. C'est la première fois sous la Ve République qu'un groupe perd sa majorité absolue en cours de mandat.

"Ca n'est pas une très bonne nouvelle", reconnaît un ténor du groupe LREM, pour qui ces départs sont surtout une "question d'egos" et "l'oeuvre de quelques fortes voix".

Car si c'est un coup dur, la perte de la majorité absolue n'aura pas de grandes conséquences politiques. En clair, pas de difficulté pour adopter les textes. La République en Marche compte encore plus de 280 députés, auxquels il faut ajouter les alliés, toujours fidèles: 46 MoDem et 9 Agir.

"Notre logique est celle de la coalition" reprend un député marcheur. Qui reconnaît quand même que la création de ce groupe dissident oblige à une vraie introspection. "On s'est banalisé, éloigné de notre projet. Maintenant, on doit resserrer les rangs"

Paul Barcelonne (avec J.A.)