RMC

Pour lutter contre l'alcoolisme, l'Ecosse met en place un prix minimum pour l'alcool

Après des années de bataille juridique, l'Écosse a introduit mardi un prix minimum pour l'alcool, une initiative destinée à lutter contre les méfaits de l'alcoolisme. Ainsi, une bouteille de whisky ne pourra pas être vendue en-dessous de 14 livres (15,60 euros) et une bouteille de vin pas moins de 4,69 livres (5,2 euros).

Et si la France s'inspirait de l'Ecosse? Le pays est devenue mardi la première nation au monde à introduire un prix minimum pour l'alcool, une initiative pionnière prise après des années de bataille juridique. 

"L'Ecosse est la première nation au monde assez audacieuse et courageuse pour introduire un prix unitaire minimum", a déclaré la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon. "Je pense que des pays en Europe et ailleurs chercheront à reproduire ce qui a été fait ici en Ecosse", a-t-elle ajouté, notant que l'Irlande et le Pays de Galles souhaitaient lancer des projets similaires. 

Il est désormais fixé un prix minimum de 50 pences (57 cents) par unité d'alcool, une mesure qui prend en compte à la fois la teneur en alcool et le volume du produit. Ainsi, une bouteille de 70 cl de whisky ne pourra pas être vendue en-dessous de 14 livres (15,60 euros) et une bouteille de 75 cl de vin à 12,5% pas moins de 4,69 livres (5,2 euros).

A quand en France?

Cette initiative, qui vise à combattre les méfaits liés à l'alcool, a été saluée par le corps médical et des associations comme le plus grand progrès en matière de santé publique depuis l'interdiction de fumer en public. 

En France, et nous vous en parlions sur RMC, l'Association nationale de prévention en Alcoologie et Addictologie a proposé le même processus de mise en place d'un prix fixe par unité d'alcool. Les viticulteurs sont vent-debout face à cette proposition et parle de "prohibition". 

L'alcool est responsable de 49.000 morts par an en France, 14 fois plus que les morts sur la route.

Matthieu Rouault & X.A