RMC

Prix, publicités... La France est-elle trop tolérante avec l'alcool?

-

- - -

Le conseil économique, social et environnemental (CESE) est déçu des propositions du gouvernement concernant la lutte contre les addictions et préconise une hausse des prix de l'alcool notamment dans les lieux de fête.

Des préconisations pour réduire les addictions, notamment liées à l'alcool. RMC vous dévoile ce mercredi matin un avis du CESE, Conseil Economique Social et Environnemental, qui sera présenté dans l'après-midi.

L'organisme fait 18 préconisations parmi lesquelles: instaurer un prix minimum des boissons alcoolisées vendues dans les lieux de fêtes, faire voter une interdiction de la publicité pour les boissons alcoolisées près des lieux d'éducation et de formation. 

200 mesures mais un goût d'inachevé

Comme le rappelle le CESE dans son avis, l'abus d'alcool est responsable de 49.000 décès par an. Des préconisations qui vont dans le sens contraire du plan gouvernemental de mobilisation contre les addictions, validé en catimini fin décembre et dévoilé mardi après plusieurs mois d'attente.

Un texte qui a parmi ses objectifs de mieux faire respecter l'interdiction de la vente de tabac et d'alcool aux mineurs. 200 mesures mais un goût d'inachevé selon les spécialistes. Le plan ne prévoit notamment pas d'augmentation du prix de l'alcool, proposée par le CESE et réclamée par des médecins et des associations anti-alcoolisme.

La co-rapporteure de l'avis "déçue" du manque d'ambition du gouvernement

Une politique qui n'est pas cohérente selon cet avis publié ce mercredi par le Cese, le conseil économique social et environnemental.

La co-rapporteure de l'avis, Marie-Josée Augé-Caumon, se dit très déçue par le manque d'ambition du plan du gouvernement. Le CESE qui a travaillé en partenariat avec la cour des comptes préconise des mesures fortes, notamment un prix minimum de l'alcool dans les lieux de fêtes. Dans les boîtes de nuit ou les fêtes étudiantes, des prix très bas sont en effet pratiqués pour inciter à la consommation, et des bouteilles gratuites sont même offertes en cadeau.

Première cause de mortalité chez les 18-25 ans

Le Cese demande aussi l'interdiction de la publicité pour l'alcool près des lieux d'éducation comme les collèges et les lycées. Sur cette question de la publicité sur l'alcool, le projet du gouvernement prévoit simplement de... mieux faire respecter la loi.

Un laxisme qui serait dangereux pour la santé, notamment des plus faibles. Selon le CESE, l'alcool est la première cause de mortalité prématurée, la première cause de mortalité chez les 18-25 ans et la seconde cause de mortalité évitable.

Marie Dupin (avec James Abbott)