RMC

Protocole sanitaire au collège et au lycée: parents d'élèves et professeurs toujours dans le flou à deux semaines de la rentrée

Les enseignants déplorent un protocole sanitaire quasi-inapplicable et dévoilé pendant les vacances. Certains parents d'élèves eux, ne sont même pas au courant des futures règles à deux semaines de la rentrée.

La rentrée scolaire, c’est dans tout juste deux semaines. Le 2 septembre, 13 millions d’écoliers, de collégiens et de lycéens vont reprendre le chemin de l’école. Mais le Covid-19 est toujours là, et il oblige à des adaptations. Si dans les écoles rien ne change, dans les collèges et lycées, seuls les non-vaccinés seront considérés comme cas contact et devront alors suivre des cours à la maison en cas d'apparition d'un cas. Les élèves vaccinés resteront eux en classe.

Mais pour certains parents de collégiens et lycéens, c'est le grand flou comme pour Stéphanie et Agnès: "On était en vacances, on n'a pas trop suivi". "On ne sait pas comment ça va se passer", assurent-elles de concert.

Direction le centre de vaccination pour Marie et ses deux ados. Elle vient en effet de découvrir le protocole sanitaire et veut absolument qu’ils puissent rester en classe toute l’année: "C'était important pour nous qu'ils retrouvent une vie la plus normale possible et ça inclut le fait d'assister au cours".

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: des gendarmes s'élèvent contre l'obligation vaccinale à laquelle ils doivent désormais se soumettre

"On ne peut pas à la fois faire cours à des élèves en classe et à des élèves qui sont chez eux"

Pour assister au cours, mais aussi pour participer aux sorties scolaires, dans des lieux soumis au pass sanitaire. Des nouvelles règles qui inquiètent les enseignants: "Notre ministre a fait des annonces en plein milieu de l'été sans qu'on n'ai pu s'organiser dans les établissements", déplore Rindala Younes secrétaire académique du SNES (Syndicat national des enseignements de second degré) de Lyon

"On ne peut pas à la fois faire cours à des élèves en classe et à des élèves qui sont chez eux. On ne fait pas du tout la même chose quand on fait cours à distance et quand on fait cours en présentiel. Et l'on ne peut pas se dédoubler", ajoute-t-elle.

Pour encourager la vaccination, le gouvernement prévoit la mise en place de de 6 à 7000 centres de vaccination à destination des élèves.

Cyprien Pézeril (avec Guillaume Dussourt)