RMC

PV pour les consommateurs de drogues: l'éclairage d'un addictologue sur RMC

-

- - -

Un rapport parlementaire, qui sera publié mercredi 24 janvier, préconise une simple amende de 200 euros en cas de détention ou de consommation de n'importe quel stupéfiant.

Une simple amende pour les consommateurs de stupéfiants? C'est en tout cas de ce que propose un rapport parlementaire qui sera publié mercredi 24 janvier pour désengorger les tribunaux et permettre aux forces de l'ordre de se concentrer sur les trafiquants et les dealeurs.

Amende forfaitaire de 200 euros

Les deux auteurs du rapport, Eric Poulliat, député LREM de la Gironde, et le député LR de l'Essonne, Robin Réda, préconisent une amende forfaitaire de 200 euros en cas de détention ou de consommation de n'importe quel stupéfiant. Le caractère délictuel serait maintenu et en cas de récidives multiples, une procédure classique pourrait être engagée.

Les députés partent d'un simple constat: aujourd'hui, si vous roulez à 56 km/h au lieu de 50, vous serez plus sanctionné que si vous fumez un joint. Car la loi en vigueur qui applique une tolérance zéro vis-à-vis du cannabis, ne débouche sur rien. Sur 140 000 personnes interpellées chaque année, la majorité écope d'un simple rappel à la loi.

"Cette mesure n’a pas vocation à être une mesure sanitaire"

17 millions de Français ont déjà consommé du cannabis, 1,4 million sont des usagers réguliers et 700 000 fument tous les jours. La France détient le record de consommation par personne chez les plus de 16 ans pour ce qui est du cannabis.

Olivier Phan est psychiatre et addictologue, spécialiste des jeunes. Pour lui, cette évolution ne va pas faire beaucoup changer les choses du point de vue de la santé.

"Le fait de verbaliser le consommateur n’aura pas d’impact sur sa consommation. Quand on est vraiment dépendant au produit, je ne sais pas si l’amende va y changer grand chose. Mais je crois qu’il y a d’une part, la réponse judiciaire et d’autre part, la réponse sanitaire. Il ne faut pas mélanger les deux. En tout cas, cette mesure n’a pas vocation à être une mesure sanitaire. La rencontre avec le judiciaire, comme ça se fait dans d’autres pays, peut amener vers les soins. Et c’est ça qui est intéressant."

Pour l'instant, c'est la loi du 31 décembre 1970 qui régit la consommation de drogue en France et qui prévoit que l'usage de drogue peut être puni d'un an de prison et de 3750 euros d'amende.

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'est montré flou sur sa position vis-à-vis du cannabis. Au début favorable à une dépénalisation, il s'est ensuite prononcé en faveur d'une tolérance zéro avec une "contraventionnalisation".

Mélanie Delaunay (avec C.P.)