RMC

"Quand ça baisse c’est grâce aux mesures de l’Etat, quand ça remonte c’est à cause des Français": le coup de gueule de Mourad Boudjellal contre le gouvernement

Le gouvernement ne sait toujours pas sur quel pied danser avec les vacances de Noël qui se profile alors que le pays est encore confiné. De quoi exaspérer les Français, suspendus aux annonces d'Emmanuel Macron dans une semaine.

En attendant que l'épidémie de Covid-19 s'amenuise, les Français sont toujours confinés. Sans date de libération officielle, ils espèrent cependant pouvoir profiter des fêtes de fin d'année. De son côté, le gouvernement, qui avait bien incité les Français à partir à l'occasion des vacances de la Toussaint, souffle le chaud et le froid: "La SNCF se met en état de marche pour avoir 100% des trains disponibles pendant les vacances de Noël et réservables tout de suite", assurait mardi Jean-Baptiste Djebbari le ministre des Transports sur le plateau des "Grandes Gueules".

Mais ça, c'était avant. Avant que le secrétaire d'Etat délégué au tourisme Jean-Baptiste Lemoyne ne vienne tempérer les propos de son collègue: "Il y a toujours des points d’interrogation à lever sur les modalités dans lesquelles se dérouleront ces congés", a-t-il assuré sur BFMTV laissant les Français un peu plus dans le flou.

De quoi les exaspérer: "Je n’ai jamais voté pour quelqu’un pour qu’il puisse avoir le droit de me dire si je vais en vacances ou pas", a fustigé ce jeudi sur RMC Mourad Boudjellal, avant de pousser un coup de gueule contre la communication qui entoure la crise sanitaire.

"On est chez les fous!"

"Ce n’est plus possible qu’un conseil de défense m’explique si je peux respirer ou pas. La communication est désastreuse, même sur les vaccins ou deux laboratoires mesurent qui a la plus grande. Et nous on est perdus. On nage en plein délire. Comment les Français peuvent accepter qu’un mec à la télé leur dise s’ils peuvent voir leur famille pour un virus qui tue 0,2% des gens", a-t-il déploré.

"On est adultes. Je trouve que les Français ont été remarquables, il y a du gel et un marquage au sol dans les commerces. Il y a des masques dans les entreprises. Quand ça baisse c’est grâce aux mesures de l’Etat et quand ça remonte c’est à cause de l’attitude des Français! On est chez les fous!", a conclu Mourad Boudjellal.

Un avis partagé par Isabelle Saporta: "C'est la cacophonie permanente", déplore-t-elle. "On a l'impression d'être gouverné à la peur. Ils sont dans une frilosité permanente. Pendant le premier confinement les cabinets étaient plus occupés à faire signer des papiers pour les prochains procès en se dédouanant", fustige-t-elle. "On ne va pas vivre dans un bocal comme des poissons rouges".

Guillaume Dussourt