RMC

Que faire des déchets médicaux liés au coronavirus?

RMC
La gestion des déchets médicaux liés au coronavirus cause beaucoup de soucis en Chine. Le secteur médical en général est d'ailleurs le 3e plus polluant dans le monde.

Encore une conséquence de l’épidémie de Coronavirus: la Chine ne sait plus quoi faire de ces centaines de tonnes de déchets médicaux. Des masques, des blouses, des draps d’hôpitaux qui ont été en contact avec le virus et qu’il faut manipuler avec beaucoup de précaution.

En temps normal il faudrait les envoyer dans des centres spécialisées pour les stériliser puis les recycler.. Le problème c’est que la Chine croule littéralement sous les déchets. Rien qu’à Wuhan, là d’où tout est parti, environ 200 tonnes de déchets médicaux sortent tous les jours des hôpitaux.

Sauf que la ville peut en traiter maximum 50 tonnes par jour. Dans tout le pays il manque des installations pour traiter ces déchets. C’est déjà compliqué habituellement, c’est totalement ingérable en période d’épidémie. Résultat: les responsables locaux ont été autorisés à brûler les déchets via des installations mobiles. 123.000 tonnes de déchets ont déjà été éliminées depuis fin janvier.

Une entreprise française pourrait bien venir au secours de la Chine

Tesalys, PME basée en Haute-Garonne, a mis au point une machine spécialisée dans le traitement des déchets médicaux à risques infectieux. Ses commandes ont explosé depuis le début de l’épidémie. Une première machine vient d’être expédiée en Chine.

Entre 30 et 50 autres devraient être livrées dans les prochains mois. La machine, appelé Stériplus, permet de broyer les déchets et de les décontaminer en moins d’1h à une température de 135°. Ca permet un traitement sur place, pour limiter les transports et désengorger les centres spécialisés. Et surtout à la sortie les déchets peuvent être recyclés en tant que déchets ménagers classiques, une bonne chose pour la planète.

Il faut dire que le secteur de la santé est très polluant, c’est même le 3e secteur le plus polluant en Europe. Au niveau mondial il produit 2 gigatonnes de gaz à effet de serre par an, l’équivalent de la pollution de 514 centrales à charbon. On a encore de gros progrès à faire sur le tri et la gestion des déchets médicaux, y compris en France. 

Géraldine de Mori (avec J.A.)