RMC

Qui est Odile Duvaux, la dirigeante d'entreprise proche de découvrir un remède contre le Covid-19?

LE PORTRAIT DE POINCA - Odile Duvaux dirige un laboratoire français en pointe pour la recherche d’un médicament contre le Covid-19: le "Xav-19".

L’entreprise nantaise, Xenothera, développe un médicament, le Xav-19 qui s'attaque au Covid-19 et pourrait booster l'immunité en limitant les effets pulmonaires de la maladie. Les essais cliniques sont terminés et très encourageants. L’agence européenne examine en ce moment en procédure accélérée sa demande de mise sur le marché. La France a déjà préacheté les 30.000 premières doses et ce médicament le Xav-19 est porteur d’espoir. 

Et ce possible succès, on le doit à une femme au parcourt étonnant. Odile Duvaux qui dirige le laboratoire Xenothera, a grandi à Pontoise, fille d’un polytechnicien et d’une prof d’espagnol qui attachaient beaucoup d’importance aux études. 

Et elle ne les a pas déçus! À 16 ans, elle passe le bac. L'année suivante elle est première au concours d’entrée en médecine. Parallèlement elle, intègre Normal sup, rue d’ULM et elle en sort major. 

Logiquement, elle rejoint l’institut Pasteur et devient chercheuse en neurobiologie. Mais au bout de 10 ans la trajectoire disjoncte. Elle en a marre des lourdeurs de la recherche publique. Elle quitte tout pour entrer chez Auchan. La scientifique surdiplômée va faire carrière dans les supermarchés. Elle finira directrice de la communication.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: les vaccins de Pfizer et Moderna nettement moins efficaces contre le variant Delta ?

Distribuer la moitié de la production dans le tiers-monde

Professionnellement après Auchan, changement de programme: elle créé une société de conseil à Paris. Puis changement de programme encore, son mari médecin, est nommé à Nantes. Elle le suit et crée une start-up dans la recherche médicale.

Et c’est une toute petite équipe de 8 personnes qui va mettre au point ce Xav-19 très prometteur. Aujourd’hui, les effectifs ont doublé et vont encore doubler dans les semaines qui viennent. Et si tout va bien le médicament sera disponible avant la fin de l’année. 

Odile Duvaux qui se dit chrétienne et qui admire Mère Teresa, souhaite que la moitié de la production soit distribuée dans le tiers-monde. À 60 ans, elle vit une incroyable aventure, mais elle a aussi d’autres rêves qu’elle a confiés au quotidien "Les Echos". Elle aimerait redevenir médecin, ou bien enseigner les maths. Et aussi apprendre le piano et gravir un sommet à 8.000 mètres.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19, vaccins... le CNRS rappelle à l'ordre des scientifiques

Nicolas Poincaré