RMC

Covid-19, vaccins... le CNRS rappelle à l'ordre des scientifiques

En cause: un billet de blog du sociologue Laurent Mucchielli, qui avait affirmé que la vaccination contre le Covid-19 était à l'origine d'une "mortalité inédite" en France.

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a exigé mardi, dans un communiqué, le respect des règles de déontologie par des scientifiques s'exprimant, sans compétences particulières, sur le sujet de la vaccination contre le Covid.

Cette déclaration fait suite aux appels de sociologues et de citoyens exigeant du CNRS une réaction ferme aux propos du sociologue Laurent Mucchielli qui avait affirmé que la vaccination contre le Covid-19 était à l'origine d'une "mortalité inédite" en France.

>> A LIRE AUSSI - "Des milliers de morts sur la conscience": Jérôme Marty et 50 médecins portent plainte contre Nicolas Dupont-Aignan

Le CNRS "déplore les prises de position publiques de certains scientifiques, souvent plus soucieux d'une éphémère gloire médiatique que de vérité scientifique, sur des sujets éloignés de leurs champs de compétences professionnelles comme par exemple sur la vaccination contre la Covid".

Il rappelle la recommandation de son comité d'éthique, qu'en "s'exprimant dans l'espace public, le chercheur engage sa responsabilité de scientifique" et, qu'en conséquence, il lui revient de préciser à quel titre il prend la parole: en spécialiste, en représentant d'un organisme de recherche "ou à titre de citoyen, engagé voire de militant".

"Désinformation mortifère"

Laurent Mucchielli, sociologue et directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la délinquance, a publié le 30 juillet sur la partie "blog" de Mediapart un article, cosigné avec cinq autres personnes, appelant à suspendre la campagne de vaccination au motif qu'elle était "potentiellement" responsable de près de 1.000 morts à la suite d'effets indésirables.

L'article a finalement été supprimé par Mediapart parce qu'il viole, selon l'organe de presse, sa Charte qui exclut "la diffusion de fausses nouvelles". Huit sociologues ont alors fustigé, dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, "au mieux une erreur d'interprétation inadmissible et, au pire, une falsification de données" par le chercheur. L'estimant responsable de "dérives" entachant la réputation de leur discipline, ils ont exigé une réaction ferme du CNRS à son encontre. L'association de citoyens et acteurs de la science Citizen4Science a demandé plus récemment au CNRS de dénoncer une "désinformation mortifère" de M. Mucchielli, selon le Journal du Dimanche.

La recommandation sur les droits et devoirs des scientifiques intervenant dans l'espace public, récemment approuvée par son comité d'éthique, rappelle au chercheur qu'il doit "faire la distinction entre ce qui relève de connaissances validées par des méthodes scientifiques de ce qui relève d'hypothèses de travail ou fait l'objet de débats".

La rédaction de RMC avec AFP