RMC

Rapatriés de Wuhan: à Aix, certains habitants se mobilisent pour les enfants en quarantaine

-

- - -

Certains habitants se mobilisent pour les enfants rapatriés de Wuhan en raison du coronavirus et qui vont passer quatorze jours en quarantaine.

En France toutes les personnes rapatriées dimanche de Wuhan ont été testées négatives. Mais il reste en quarantaine, au total 216 Français à Carry-le-Rouet près de Marseille, et 80 personnes à Aix-en-Provence, confinées dans un centre habituellement utilisé pour la formation des sapeurs-pompiers. Ce mardi matin à 10h une réunion doit avoir lieu aux Milles, un quartier de la ville qui se trouve à proximité du centre de quarantaine. La maire de la commune ainsi que le préfet seront présents pour répondre aux inquiétudes des habitants.

Et certains d'entre eux, se mobilisent d'ailleurs pour faire des dons. Ils répondent à l’appel de la députée d’Aix-en-Provence, Anne-Laurence Petel, qui demande aux Aixois de donner livres et jeux pour aider les rapatriés, et notamment les enfants à passer les 14 jours de quarantaine dans les meilleures conditions.

Josette a fouillé dans sa cave pour trouver de quoi occuper les rapatriés en quarantaine à côté de chez elle. Des peluches, des livres, des bandes dessinées, des jeux de cartes. Et dans le centre il y a un accès à une cour, alors Josette a donc même pensé à des activités en extérieur. : "J’ai un jeu de quilles en bois à l’ancienne. Il y a aussi un jeu de boules pour enfants Il fait tellement beau donc ils vont pouvoir jouer dehors. Ils ont besoin de s’aérer".

Les objets transmis aujourd'hui

Tous ces objets doivent être transmis aux personnes à l’isolement aujourd’hui. Comme Josette, Anne-Christelle a répondu à l’appel aux dons lancé hier par sa députée: "Dès qu’il y a eu l’appel, dans l’heure qui a suivi j’ai posté un message disant 'j’ai, dites-moi où et quand'. C’est un petit geste, je trouve ça sympathique et ça fait plaisir".

Cette professeure va donner les anciennes affaires de sa fille. De quoi colorier, quelques jeux de société, mais aussi des cahiers éducatifs: "Si on peut allier l’utile à l’agréable, ce n’est pas mal. Et on peut se projeter en se demandant dans des situations comme ça si on était là, ce qu’on aimerait". Elle espère que ces dons pourront être utilisés par d’autres personnes même après la fin de la quarantaine.

Romain Cluzel (avec Guillaume Dussourt)