RMC

Règle des 100 km: comment le Sud-Ouest, peu touché, accueille cette mesure

Dans le Sud-Ouest, les avis sont partagés sur la règle des 100 km qui sera mise en place pour le déconfinement à partir du 11 mai.

Dans le projet de loi sur la prolongation de l’état d'urgence sanitaire voté ce samedi il y a notamment l'interdiction des déplacements à plus de 100 km de son domicile hors motif professionnels ou familiaux impérieux à partir du 11 mai.

Comment la mesure est-elle prise ? Dans le département -classé en vert- du Tarn-et-Garonne certains ont du mal à comprendre. Ce retraité rencontré devant une boulangerie montalbanaise n’est pas favorable à ce projet car il le prive de son passe-temps favori.

"Pourquoi moi je ne pourrai pas aller à la pêche dans les Pyrénées pour pêcher la truite ? Puisque dans mon département, il n’y en a pas (de cas)?"

Quant à ce père de famille, il n’est pas convaincu par cette mesure: "Non, cela ne suffira pas, parce que les gens ils ne respecteront pas ! Il va faire beau, tout le monde va se barrer à la mer !"

Police: "Nous serons intransigeants sur les gens qui se mettent en danger eux-mêmes"

Ce sont les forces de l’ordre qui vont devoir arbitrer, "avec rigueur et humanité", dit le Premier ministre. "Mes collègues seront clairvoyants", promet Philippe Lavenu, secrétaire régional Alliance Police nationale en Occitanie.

"Il ne sera pas question de verbaliser la mère de famille qui aura dépassé la limite des 100 km autorisés, à 105 ou 106 km. Par contre, nous serons intransigeants sur les gens qui se mettent en danger eux-mêmes par exemple un parisien qui viendrait prendre le soleil à Perpignan".

La mesure entrera en vigueur le 11 mai, et concernera tous ceux qui vivent dans un département classé en vert.

Jean-Wilfrid Forquès (avec J.A.)