RMC

Scandale du Mediator: les laboratoires Servier reconnus coupables de "tromperie aggravée"

Le laboratoire a également été condamné à 2,7 millions d'euros d'amende.

Les laboratoires Servier ont été reconnus coupables lundi de "tromperie aggravée" et d'"homicides et blessures involontaires" dans le scandale du Mediator. Ils ont également été condamnés à 2,7 millions d'euros d'amende et l'ex-numéro 2 du groupe à 4 ans de prison avec sursis. 

"Malgré la connaissance qu'ils avaient des risques encourus depuis de très nombreuses années, (...) ils n'ont jamais pris les mesures qui s'imposaient et ainsi trompé" les consommateurs du Mediator, a déclaré la présidente du tribunal correctionnel, Sylvie Daunis. Le groupe pharmaceutique a toutefois été relaxé du délit d'"escroquerie".

>> A LIRE AUSSI - Faut-il fermer les écoles? A Drancy, situation catastrophique avec 22 classes fermées

Un médicament prescrit à environ 5 millions de personnes

Le laboratoire français est accusé d'avoir caché la dangerosité du Mediator, ce médicament prévu pour traiter le diabète, mais également utilisé comme coupe-faim, a provoqué la mort de plusieurs centaines de patients. Retiré du marché en 2009, le médiator a été prescrit à environ 5 millions de personnes pendant 33 ans. Comme pour Céférina Cordoba morte il y a un an d’une valvulopathie (lésion des valves cardiaques). Aujourd’hui sa fille Katia, a décidé de continuer le combat. 

Tout commence après une première hospitalisation en 2008 pour des problèmes au cœur. Céférina Cordoba porte plainte l’année suivante contre le laboratoire Servier et se lance dans une bataille judiciaire: "L'avocat nous avait dit qu'il y en aurait pour deux ans, mais ils ont réussi à faire durer les choses et beaucoup de personnes sont mortes. Elles ne verront pas la fin, ma mère aurait bien voulu voir le verdict.

Il aura donc fallu attendre 12 ans de procédure pour enfin connaitre le jugement. Aujourd’hui Katia semble fatiguée: "Cela ne ramènera pas maman quoi qu'il se passe", déplore-t-elle ajoutant craindre un appel de la part de Servier. Mais même si la route est encore longue, Katia a promis à sa maman de continuer le combat: "Une promesse est une promesse".

>> A LIRE AUSSI - Mal de dos: l'ostéopathie aussi efficace qu'un placebo?

Florian Chevallay (avec Guillaume Dussourt)