RMC

Sport sur ordonnance: "des résultats tout à fait notoires", assure un médecin généraliste

A partir de ce mercredi les médecins sont autorisés à prescrire une activité sportive à certains de leurs patients atteints de pathologies longue durée. Déjà expérimentée dans certaines communes la mesure semble satisfaire médecins et patients, comme l'a constaté RMC.

Ça change des médicaments… A partir de ce mercredi 1er mars, les médecins sont autorisés à prescrire une activité sportive à certains de leurs patients atteints de pathologies de longue durée: diabète, maladie de Parkinson, cancer, obésité… 10 à 11 millions de Français sont atteints par l’une des quelque trente maladies concernées. Les patients pourront être accompagnés dans leurs traitements par des kinés ou des éducateurs sportifs. Seule contrainte, mais elle est de taille, cette activité sportive ne sera pas prise en charge par l'Assurance maladie.

"Mon coach sportif, c'est mon sauveur"

Les résultats sont en tout cas jugés concluants dans les communes où la mesure a été expérimentée avant sa généralisation. C'est le cas à Blagnac, la banlieue de Toulouse, qui a mis en place un accompagnement des malades en janvier 2014. Un accompagnement dont profite Patrice. Après une leucémie, son médecin traitant lui a prescrit du sport. Depuis il a retourné de l'énergie et le sourire.

"La maladie m'a mis dans un état de fatigue qui m'empêchait de faire du sport, et grâce à ce programme, j'ai pu retrouver un bon niveau. Je me permets même aujourd'hui de refaire des courses à pied et d'intégrer un club sportif", s'enthousiasme-t-il sur RMC.

Cette joie de vivre retrouvée, il la doit à "son sauveur", comme il l'appelle: Philippe, son coach sportif. "Au début, il était très fatigué parce qu'au moindre effort il y avait de la lassitude, raconte le coach. Mais petit à petit, Patrice a commencé à entrer avec plus de facilité dans les efforts physiques". C'est son médecin traitant qui a mis en place le programme sportif. Soit deux séances d’une heure par semaine, totalement prises en charge par la mairie.

"On voit des améliorations sur les épreuves d'effort"

François Lafont, médecin-généraliste à Blagnac, ne trouve que des avantages à cette mesure. Notamment pour les personnes cardiaques. "On voit des améliorations sur les épreuves d'effort, sur la façon dont les gens soutiennent des actes quotidiens. Ce sont vraiment des améliorations tout à fait notoires". En deux ans d’expérience à Blagnac, plus de 100 patients ont bénéficié de cet accompagnement, et aujourd’hui, 75% d’entre eux poursuivent toujours une activité sportive.

P. Gril avec JW. Forquès et L. Kiefer