RMC

Supprimé en septembre, le dispositif exceptionnel d'indemnisation pour les travailleurs vulnérables fait son retour

Plusieurs associations de patients et de professionnels de santé avaient exprimé leur inquiétude et demandé des garanties quant aux conditions de retour au travail des personnes vulnérables.

Le droit au chômage partiel étendu. Le décret publié mercredi élargissant le nombre de personnes à risque face au Covid-19 et ouvrant le chômage partiel entre en vigueur ce jeudi. Ce dispositif exceptionnel d'indemnisation pour les travailleurs vulnérables avait été mis en place en mai dernier et qui avait pris fin le 1er septembre.

Et c'est un véritable soulagement pour les associations de santé. Les personnes de "65 ans et plus", les femmes enceintes dans leur dernier trimestre, les patients atteints d'"hypertension artérielle compliquée", d'un "diabète non équilibré" ou d'"asthme sévère", pourront bénéficier de "mesures de protection renforcées", si elle ne peuvent pas "recourir totalement au télétravail".

Les cohabitants ne sont pas concernés

Leurs horaires de travail devront être adaptés pour "éviter les heures d'affluence". L'employeur devra fournir des masques chirurgicaux pour les trajets entre le domicile et le lieu de travail. Si ces mesures ne sont possibles, ces personnes vulnérables pourront être placées en activité partielle à leur demande et "sur présentation d'un certificat établi par un médecin". 

Seul bémol : les cohabitants ne sont pas concernés. Les associations et les syndicats pointent un risque : que ces personnes rentrent du travail avec le Covid-19 et contaminent leur proches vulnérables. 

Rémi Ink (avec Guillaume Dussourt)