RMC

Télétravail: les Français se sont-ils vraiment éloignés des grandes métropoles?

LECHYPRE D'AFFAIRES - Avec la crise sanitaire et l'augmentation du télétravail, les Français ont-ils vraiment pris la tangente à la campagne?

Avec les confinements, le télétravail, les Français se sont-ils vraiment éloignés des grandes métropoles ? Il y a incontestablement un attrait pour les villes moyennes. Selon le réseau Orpi, depuis le début de l'année c'est Limoges, qui a affiché le + fort dynamisme. Le nombre de ventes a progressé de 30%, et les prix de 17% !

Des villes moyennes qui commencent à afficher des tensions locatives inédites nous dit Orpi. A Valence, Orléans ou Limoges, un bailleur peut espérer trouver un locataire en 7 jours seulement. Au Havre, +9% depuis le début de l'année, et 7% pour La Rochelle.

Mais ce sont les communes rurales qui connaissent la plus fortes croissances (+6,4% en 12 mois) nous dit une étude de "Meilleurs agents". 33% des biens partent au prix de vente, 21% en 2019.

Est-ce que ce sont les habitants des grandes villes qui font grimper les prix?

Et bien non, c’est ca la surprise ! Pour l'exemple de Limoges : il y a 14% de Parisiens, 10% de Bordelais certes, mais surtout 54% de locaux !

Ce qui s’est produit c’est davantage des sauts de puce qu’un véritable exode urbain. Dans les plus grandes villes, les grandes banlieues gagnent en attractivité au détriment des centres.

L’exemple le plus flagrant de ce mouvement est donné par Paris. Alors que les prix intra-muros ont reculé de 1,5% depuis septembre 2020, ils ont bondi de 8,3% en grande banlieue. Parce que le scénario, c’est pas du télétravail à 100%.

En revanche, l’engouement pour les maisons se confirme

L’appétit des candidats à la propriété pour les maisons s’est accru. À tel point que leurs prix ont augmenté quasiment deux fois plus vite que ceux des appartements (+6% contre + 3,4% en un an). Et ce, dans tout l’Hexagone.

Le contexte est aussi favorable aux résidences secondaires : la crise a accéléré le concept de résidence semi-principale.

Plus de 6 télétravailleurs sur 10 déclarent avoir passé plus de temps dans leur résidence secondaire durant la crise, et 40% des télétravailleurs réguliers envisagent d’y passer près de la moitié de l’année.

>>> A LIRE AUSSI - Pourquoi le coût d'entretien des autoroutes en Espagne va changer?

Emmanuel Lechypre (avec J.A.)