RMC

"Tout le monde recherche des agents de sécurité": avec le pass sanitaire, les professionnels recrutent

La mise en place du pass sanitaire à l'entrée des centres commerciaux entraîne une pénurie des vigiles. Les professionnels du secteur se réorganisent pour lutter contre le manque.

Contrôle des pass à l’entrée des cinémas, des hôpitaux ou des restaurants… Les besoins en terme d'agents de sécurité sont de plus en plus importants et Ralph Bonan à la tête d’une société de sécurité, a de plus en plus de mal à y répondre: "Je viens d'avoir une demande, je dois maintenant rentrer la périodicité".

La création des plannings et l’affectation des agents demande beaucoup d’efforts: "J'ai cinq agents qui font trois jours, cinq autres qui font trois autres jours, il nous fera donc 10 agents pour couvrir tout ça".

Et les requêtes comme celles-ci s’accumulent. Dernièrement, un commerce lui a demandé 300 agents.

Alors même qu’il n’en emploie que 190 à temps complet:

"Aujourd'hui, on est pas capable de sortir d'un coup 300 agents si on nous les demande. Cette période de Covid-19 a eu un effet sur le vivier d'agents de sécurité existant. Il y a des agents qui étaient dans le métier et qui ont décidé de changer de vie et aujourd'hui on le ressent".

"J'ai été sollicité par d'autres entreprises"

Un manque de bras ressenti également par ses propres salariés… comme Pierrick, 8 ans d’expérience.

D’autres employeurs tentent de le recruter: "J'ai été sollicité par d'autres entreprises pour faire des missions de vacation. Tout le monde recherche des agents de sécurité en vacation car la demande explose en ce moment".

Une pénurie qui pousse certains à tenter de faire sans les entreprises traditionnelles de sécurité.

C’est ce que prévoit Laurent Lutse de l’UMIH, l'union des métiers des industries de l'hôtellerie, le syndicat des professionnels des bars et des boîtes de nuit:

"On va être obligé de former nous-même nos agents de sécurité et de travailler avec Pôle Emploi pour trouver des jeunes qui vont vouloir faire la sécurité de nos établissements".

Et pour tenter d’attirer de nouveaux agents, des négociations nationales sont en court pour revaloriser les salaires de 10%.

>> A LIRE AUSSI - Deux policiers en garde à vue après une intervention à Stains: ce que l'on sait

Cyprien Pézeril (avec G.D.)