RMC

Un pass sanitaire jusqu'à l'été? "Ce n’est plus nécessaire, ça embête tout le monde!"

Un projet de loi sera présenté le 13 octobre en Conseil des Ministres, avant d'être débattu au Parlement. Une décision que déplorent les professionnels de la restauration et les clients.

Le pass sanitaire restera encore plusieurs mois dans le quotidien des Français. Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, l’a confirmé mercredi. L'argument donné par le porte-parole du gouvernement, anticiper une éventuelle nouvelle vague et éviter d'être pris au dépourvu. Le gouvernement veut maintenir la possibilité de recourir au pass sanitaire en prolongeant l'état d'urgence jusqu'à l'été 2022.

>> A LIRE AUSSI - Pass sanitaire obligatoire pour les 12-17 ans: "J'ai peur de ne plus pouvoir rien faire, de rester seul"

Installé à la terrasse d'un café dans le centre de Toulouse, Mathieu ne comprend pas vraiment la volonté du gouvernement.

“Maintenant, tout le monde sort, il y a du monde partout. Je pense que ce n’est plus trop d’actualité. De ce que j’ai entendu, les chiffres avaient baissé depuis l’arrivée du vaccin. Donc je pense que ce n’est plus nécessaire, que ça embête juste tout le monde”, appuie-t-il.

Même incompréhension pour Philippe Belot. Le vice-président de l'UMIH en Haute-Garonne, gère un bar-restaurant à Toulouse. Il s'inquiète de la prolongation de l'Etat d'urgence sanitaire qui l'oblige à contrôler des centaines de pass sanitaires chaque jour dans son établissement.

“C’est une mesure qui tombe sur tout le monde, sur les commerces, sur tous les gens qui travaillent au quotidien sans, encore une fois, le moindre accompagnement et sans la moindre concertation”, indique-t-il.

Une anticipation de la période d'élection présidentielle

Pourtant le pass sanitaire semble efficace. 5835 cas ont été enregistrés ces dernières 24 heures. Un chiffre en baisse de 14% sur une semaine. Mais pour l'infectiologue Robert Sebbag, il ne faut pas brûler les étapes.

“Il faut être vigilant, il y a l’hiver qui arrive, les modifications de température, la rentrée scolaire, mais ça n’a pas explosé même si on a eu peur. Peut-être que ça va reprendre, mais le pass sanitaire permettait de pousser les gens à la vaccination”, affirme-t-il.

Le médecin regrette cependant les injonctions contradictoires du gouvernement qui avait au départ promis que le pass sanitaire s'arrêterait au plus tard à la fin de l'année. La prolongation de l'Etat d'urgence sanitaire est indispensable pour des raisons constitutionnelles plaide Bruno Bonnell, député LREM du Rhône.

“Le Parlement va siéger en gros jusqu’au printemps 2022, probablement février, et ensuite, on va entrer dans la période des élections présidentielles qui auront lieu en avril. Il serait quand même impossible de réunir le Parlement dans des conditions d’urgence en plein milieu d’une élection présidentielle. Donc on anticipe techniquement”, détaille-t-il.

Le projet de loi pour permettre la prolongation de cet Etat d'urgence sanitaire sera présenté dans une quinzaine de jours en Conseil des ministres.

Jean-Wilfried Forques, Paul Barcelonne, Yves Pullicci et Nicolas Ropert