RMC

Une seule dose, une conservation simplifiée... ce que l'on sait du  vaccin Janssen qui arrive en France

L'agence européenne des médicaments a indiqué vendredi enquêter sur des liens entre le vaccin Janssen et des cas de caillots sanguins, et élargir son enquête sur celui d'AstraZeneca pour des problèmes vasculaires.

Quelques semaines après son autorisation, c'est donc au tour du vaccin Janssen, filiale européenne du groupe américain Johnson & Johnson, de faire son arrivée en France. Le ministre de la Santé a indiqué dimanche dans le JDD que la première livraison de "200.000 doses" allait arriver dès aujourd'hui avec "une semaine d’avance".

En tout, 600.000 doses sont attendues en avril destinées à toutes les personnes de plus de 55 ans. Le laboratoire français Sanofi va notamment participer à la production.

Principal avantage de ce nouveau vaccin, il ne nécessite qu’une seule injection contrairement aux vaccins Pfizer, Moderna ou AstraZeneca avec lesquels deux doses espacées de plusieurs semaines sont nécessaires.

Des conditions de conservation simplifiées

Autre intérêt, il peut être conservé pendant trois mois dans dans un réfrigérateur standard. Ce qui va grandement faciliter sa distribution chez les médecins ou les pharmaciens.

Concernant son efficacité, ce vaccin Jenssen est efficace à 85% pour empêcher les formes graves du Covid-19. C’est en tout cas le résultat d’essais cliniques menés sur environ 40.000 personnes, notamment aux Etats Unis, au Brésil ou en Afrique du Sud.

Un vaccin comme celui produit par Astrazeneca basé sur une technologie à vecteur viral et qui fait l’objet de toutes les attentions. Notamment sur de potentiels risques de formation de caillots sanguins. Un risque écarté pour l’heure par l’agence américaine du médicament.

Martin Juret avec Guillaume Descours