RMC

Vers un allègement des restrictions sanitaires? "Il ne faut pas tout relâcher", plaide cette directrice de SAMU

Pass sanitaire, stop ou encore  "Il ne faut pas relâcher les mesures trop vite. On n'est pas à l'abri d'une recrudescence du virus", prévient Agnès Ricard-Hibon.

Face à l'accalmie sur le front de la pandémie, Emmanuel Macron réfléchit à relâcher les restrictions. Même si le président reste très prudent, le chef de l'Etat a laissé entendre qu'il pourrait assouplir le recours au pass sanitaire dans les territoires "où le virus ne circule quasiment plus".

Depuis la mi-août, les contaminations reculent et surtout les hospitalisations en soins critiques déclinent. Et malgré l'obligation vaccinale pour les soignants et les 3.000 personnels suspendus depuis hier, la continuité des soins est assurée d'après le ministre de la Santé Olivier Véran. 

"Tant que le virus circule dans d'autres territoires, on n'est pas à l'abri d'un nouveau variant"

Alors faut-il alléger les restrictions sanitaires et supprimer le pass sanitaire? L'allégement des mesures est à prendre avec beaucoup de vigilance selon Agnès Ricard-Hibon, directrice du SAMU Val d'Oise, ancienne présidente de la Société française de médecine d'urgence.

"On a appris à être vigilants dans cette épidémie. On sait qu'il ne faut pas relâcher les mesures trop vite. Tant que le virus circule dans d'autres territoires, on n'est pas à l'abri d'un nouveau variant.
Il y a un besoin absolu de retrouver une vie quasi-normale, mais il ne faut pas tout relâcher. On n'est pas à l'abri d'une recrudescence tant qu'on n'a pas encore vacciné complétement toutes les personnes qui ont des fragilités et des comorbidités."

>>> A LIRE AUSSi - Covid-19: l'objectif des 50 millions de vaccinés fin août toujours pas atteint

Quid du 15 novembre?

En l'état actuel des choses, le pass sanitaire est prévu pour être utilisé jusqu'au 15 novembre, dans plusieurs secteurs de la vie quotidienne, mais sans conditions géographiques et sanitaires. Pour être prolongé, l'exécutif devra faire voter une loi de prorogation, prévue pour être présentée début octobre en conseil des ministres.

Hélène Terzian (avec J.A.)