RMC

Sexisme à l'Assemblée: "Du sexisme il y en a partout, mais les élus ont un devoir d'exemplarité"

Vue de l’hémicycle de l'Assemblée nationale.

Vue de l’hémicycle de l'Assemblée nationale. - Eric Fefferberg - AFP

Des collaboratrices d'élues de l'Assemblée ont fondé un collectif pour dénoncer "le sexisme ordinaire et quotidien" au sein du Parlement. Elles ont lancé un site Internet, chaircollaboratrice.com, sur lequel elles listent des exemples de propos et gestes déplacés dont elles sont victimes. Charlotte Soulary, l'une des fondatrices du collectif, explique sur RMC leur démarche et dénonce le sentiment d'impunité des "harceleurs" de l'Assemblée.

Charlotte Soulary, est l'une des fondatrices du collectif, qui a créé le site chaircollaboratrices.com.

"Ça fait plusieurs mois qu'on prépare ça. On a commencé à y penser au moment de l'affaire Baupin. Finalement, assez peu de gens avaient été choqués par cette affaire et on a constaté qu'il n'y avait aucun changement et que nous avions besoin de faire un travail de fond pour libérer la parole sur le sexisme en politique. Du sexisme il y en a dans tous les milieux professionnels. En politique il y en a autant qu'ailleurs, la différence c'est que les élus ont un devoir d'exemplarité et qu'il y a un fort sentiment d'impunité de la part de ceux qui pratiquent le harcèlement ou qui sont auteur d'agressions sexuelles. Il y a un tabou autour de ça en politique. En tant que collaboratrice, on est souvent employée par l'élu pour lequel on travaille, ça créé une situation de hiérarchie.

"Libérer la parole des femmes"

Notre objectif n°1 c'est que les femmes qui travaillent en politique témoignent plus facilement et que leur parole soit libérée. C'est en luttant contre la banalisation du sexisme et le fait de toujours tourner ça en blague, qu'on peut arriver à ce que ça change. On a reçu beaucoup de messages de soutien et d'encouragement après la parution de notre tribune dans Le Monde. Ça fait plaisir de voir que beaucoup d'hommes soutiennent ce combat-là".

P. Gril avec Elisa Bartholomey