RMC

Six sous-préfectures rouvertes d'ici la fin de l'année: à quoi servent ces institutions?

Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, se rend ce lundi en Mayenne pour la réouverture d'une sous-préfecture. D'autres suivront d'ici la fin de l'année. Mais quel est le rôle de celles-ci, qui fermaient petit à petit ces dernières années?

Emmanuel Macron annoncera ce lundi la réouverture de six sous-préfectures d’ici à la fin de l’année. Le chef de l’Etat souhaite le retour des services publics dans les territoires ruraux, une promesse faite après les rassemblements organisés par les “gilets jaunes” sur les ronds-points.

Il se rend donc en Mayenne ce lundi pour inaugurer la nouvelle sous-préfecture de Château-Gontier. Le chef de l'Etat rouvrira les locaux de cette sous-préfecture fusionnée et fermée en 2016.

Mais à quoi sert réellement une sous-préfecture? Dans le Gers, département rural très vaste, la présence de la sous-préfecture de Mirande est très appréciée, notamment par les élus, explique le maire de Mirande, Patrick Fanton.

“Quand on a un doute sur la légalité d’une proposition qu’on veut faire en Conseil municipal, on appelle la sous-préfecture et on a tout de suite la réponse”, indique-t-il.

Elle permet d’accompagner le financement de projets, comme la rénovation du château de l’Isle-de-Noé. C’est même la sous-préfète qui gère personnellement le dossier insiste le maire Jean-Jacques Ortholan. “C’est une sous-préfète de terrain et ça, c'est important pour nous qu’elle vienne dans les petits villages. Elle est loin la préfecture et monsieur le préfet, il n’est venu qu’une fois en un an”, explique-t-il.

Une mission d'informations

Les dossiers s’empilent sur son bureau, mais la sous-préfète de Mirande, Émeline Barrière essaie de les gérer le plus rapidement possible. “On est vraiment là pour faciliter la vie au quotidien”, appuie-t-elle.

Échanges quotidiens avec les forces de l’Ordre, financement de projets, Émeline Barrière est également au chevet des éleveurs confrontés à la grippe aviaire.

“On entend les revendications et les difficultés et en même temps, on fait redescendre toutes les informations nécessaires pour leur information”, détaille-t-elle.

Dans cette sous-préfecture, ce sont huit agents de l’Etat qui l’accompagnent dans sa mission.

Jean-Wilfrid Forquès avec Guillaume Descours