RMC

Sur RMC, Robert Ménard juge "scandaleuse" la dissociation entre immigration et séparatisme faite par Emmanuel Macron

Le maire de Béziers proche de l'extrême-droite déplore que le président de la République n'ai pas évoqué une seule fois l'immigration dans son discours sur la laïcité.

Dans son discours aux Mureaux contre les séparatismes vendredi, Emmanuel Macron a annoncé un projet de loi visant à renforcer la laïcité dont le texte doit être déposé le 9 décembre prochain. Mais au grand dam de l’extrême-droite, le discours du président de la République n'a pas fait de lien entre immigration et séparatisme.

"Le discours a duré 1h08. Pas une fois il n'a prononcé le mot immigration. Tout le monde sait que cela n'a rien avoir avec l'islamisation!", a ironisé sur RMC Robert Ménard. "Comment peut-on faire l'impasse là-dessus ?", s'est-il interrogé.

"Il faut commencer par bien leur apprendre la langue du pays!"

Le maire de Béziers, proche de l'extrême-droite, a également estimé que l'enseignement de l'arabe à l'école n'était pas la réponse: "Est-ce que vous croyez vraiment que l'enseignement de l'arabe dans les écoles va être une réponse au problème de l'absence d'intégration ? ce n'est pas la réponse !", a-t-il jugé ajoutant ne pas être opposé à l'enseignement de la langue au même titre que le Chinois.

"Quand on veut intégrer les gens, il faut commencer par bien leur apprendre la langue du pays!", ajoute l'élu.

"Il y a des commerces qui deviennent communautaires"

Si Robert Ménard se satisfait toutefois qu'Emmanuel Macron évoque le sujet, il regrette que la loi ne soit pas appliquée: "Dans ma ville il y a des commerces qui deviennent communautaires. Et chaque fois qu'ils deviennent communautaires, il n'y a plus une femme par exemple à la terrasse des bistrots. Pour lutter contre l'extension illégale de leurs terrasses notamment, j'envoie la police qui dresse des PV. Un de ces bistrots a reçu 300 PV soit 100.000 euros d'amende. Or, aucun PV n'a été encaissé. La machine bureaucratique fait qu'ils n'ont jamais payé. On ne m'aidera pas en faisant la loi mais uniquement en appliquant la loi !"

Le projet de loi du gouvernement, veut "renforcer la laïcité et conforter les principes républicains", en prônant la neutralité des services publics, renforçant le contrôle renforcé des associations et l’organisation des cultes sous "l'esprit initial" de la loi de 1905.

G.D.