RMC

"Tout est anéanti": les Nantais affectés après l'incendie de la cathédrale

Fidèles et riverains se sont succédés tout au long de la journée devant la cathédrale, pour partager leur émotion.

La cathédrale de Nantes a été victime samedi d'un incendie qui a détruit le grand orgue notamment. Grâce à une centaine de pompiers et une quarantaine d'engins, l'incendie a été maîtrisé en deux heures environ et "circonscrit" vers 10H samedi. 

Parmi les éléments endommagés : l'orgue et le buffet d'orgue du XVIIe siècle, un tableau d'Hippolyte Flandrin du XIXe, une partie des stalles du chœur qui étaient récentes et les vitraux de la façade, dont une partie était des vestiges de vitraux du XVIe siècle, le reste étant moderne.

Un incendie qui a également provoqué une forte émotion chez les riverains. Sans réfléchir, dès qu’il a appris la nouvelle, Maxence, 30 ans, s’est habillé en vitesse et à filer sur le parvis de la cathédrale. “Je sentais que ma place était au pied de la cathédrale et pas chez moi dans mon canapé”, estime-t-il. 

Malgré le choc qu’il a vécu, ce Breton d’origine préfère se souvenir d’un moment de communion avec les Nantais.

“J’étais assez surpris de voir énormément de monde qui n’étaient pas là pour assister à un spectacle, mais des gens qui exprimaient vraiment leur peine. Qui étaient là pour soutenir les pompiers, qui les ont applaudis à la fin. C’était vraiment un beau moment, malheureusement”, indique-t-il.

"Ca ravive des souvenirs"

Plusieurs dizaines de Nantais, touristes, des croyants ou simples curieux se sont réunis, les yeux rivés sur l’édifice. “Ca ravive des souvenirs avec l’incendie de Notre-Dame”, rappelle une passante. 

Les flammes sont éteintes, mais subsiste une forte odeur de fumée et beaucoup d’émotion pour Françoise et Krista, deux habituées des lieux.

“Pendant tout le confinement, on pouvait aller à la cathédrale, on a passé une période difficile et quand on allait là-bas, on était dans un havre de paix. Et là, tout est anéanti”, confie-t-elle.

En fin de journée certains fidèles se sont réunis à l’église Saint-Nicolas, voisine de quelques centaines de mètres de la cathédrale. Le curé a rendu hommage aux pompiers et aux futurs artisans de la reconstruction.

Florian Chevallay avec Guillaume Descours