RMC

A cause de la grève SNCF, l'hôtel de Benoît, aux Sables-d'Olonne: "Pas de train, pas de client"

Selon une étude du cabinet MKG, les acteurs du tourisme français constatent un fléchissement de leur activité en avril: jusqu'à -15% de chiffre d’affaires pour les hôtels des Pays de La Loire.

Nouvel épisode de grève à partir de ce soir à la SNCF jusqu'à lundi matin. La grève SNCF dure depuis 4 semaines maintenant, et dans l’Ouest, les hôteliers du bord de mer se demandent comment ils vont pouvoir tenir jusqu'au 28 juin.

En région Pays de la Loire, selon le groupement national des indépendants de l'hôtellerie restauration, la baisse du chiffre d’affaire des hôtels au mois d’avril est déjà de l’ordre de 15% et s’annonce tout aussi décevante pour le mois de juin. En cause: La peur de ne pas trouver de train.

Preuve en est, les réservations sont faibles pour ce weekend marquant pourtant le début des premiers ponts du mois de mai. Habituellement à cette période, c’est complet. Aux Sables d'Olonne, en Vendée, les hôteliers font grise mine.

"Les gens ont de plus en plus peur que la grève perdure"

L’hôtel de Benoit est presque vide. Chaque jour, des clients appellent pour annuler. Juste en face, la gare est quasiment déserte depuis 4 longues semaines. "Si on compare avec l’année dernière à la même période on a une perte d’environ 25% de nuitées. Pas de train, pas de client".

Même constat tout près de la plage à l’hôtel du Commerce. Le gérant, Pierre, s’inquiète pour la suite.

"Les hôtels 3 étoiles se trouvent au niveau du tarif des hôtels 2 étoiles. Tous les prix se cassent la figure. On a des annulations pour des séjours du mois de juin et début juillet. Je pense que les gens ont de plus en plus peur que la grève perdure".

"C’est assez pathétique de projeter cette image à l’étranger"

Cette grève risque aussi de faire fuir les touristes étrangers, selon Philippe Quintana du Groupement national des indépendants de l’hôtellerie.

"Ce n’est pas très vendeur quand on dit à des gens, vous risquez d’être bloqués parce que vous n’êtes pas sûr d’avoir des trains. Je pense par exemple au Mont Saint-Michel. Comment je vais au Mont Saint-Michel demain? C’est assez pathétique de projeter cette image à l’étranger dès lors qu’on veut atteindre nos 100 millions de touristes".

Pour le moment, la grève SNCF est prévue jusqu'au 28 juin mais les syndicats ont prévenu, s’ils ne sont pas écoutés les blocages pourraient se poursuivre cet été.

Anaïs Denet (avec C.P.)