RMC

Accident de la route: "On m'a arraché mon fils pour une priorité à droite loupée"

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Pixabay

Une mère de trois enfants, Anna*, a perdu son fils aîné. Ahmed, 16 ans a été renversé par une voiture qui a loupé une priorité à droite. La voix enrouée, le ton grave, cette aide-soignante raconte sa perte. A RMC, elle explique aussi vouloir désormais se battre pour alerter sur les dangers de la route.

Tout s'est passé très vite. Une voiture qui loupe une priorité à droite. Un choc avec un cycliste. Et voilà, un adolescent de 16 ans allongé par terre, cinq mètres plus loin. Des médecins installés dans la rue interviennent rapidement. Mais Ahmed est très grièvement touché. Il est mort mardi dernier, des suites de ses blessures, après une semaine de coma. Sa mère s'est confiée à RMC. 

"Mon fils a été renversé par une voiture, quand il est sorti. La conductrice a grillé une priorité à droite. Mon fils a payé de sa vie, pour la faute de quelqu'un d’autre, qui n'était ni sous l'emprise de l'alcool, ni sous l'emprise de la drogue. A-t-elle confondu les pédales? N'a-t-elle pas vu mon fils? Je l'ignore. Mais dire 'je n'ai pas vu le cycliste sur la priorité à droite', c’est un peu léger. La route est à tout le monde. Vous êtes au volant, vous êtes responsable. Vous approchez d'une priorité à droite, vous réduisez votre vitesse. Réduisez votre vitesse pour éviter de vous mettre en danger. Pour éviter de mettre en danger une autre personne.

Personnellement, je conduis depuis des années. Je fais du vélo aussi régulièrement. Mais depuis la perte de mon fils, je suis incapable de conduire. J'ai peur à chaque instant. Moi je suis foutue. Je me sens incapable de faire quoi que ce soit. C'est devenu un cauchemar pour moi de traverser la rue. 

"L’envoyer comme ça à la mort"

Depuis qu'il à l’âge de cinq ans, il faisait du vélo, ce n'était pas un casse-cou. On m'a arraché mon fils pour une priorité à droite loupée. J'ai toujours dit à mes enfants de faire du sport. Sortez! Faites un tour de vélo! Bougez! Allez vous amuser! Et s'ils restaient un peu trop longtemps devant leur console ou la télé, je leur disais, allez bouge-toi! Va prendre l'air, faire un tour. Prends ton vélo, va te balader. Essayez de vous mettre à ma place. Est-ce que je serais capable de redire un jour ça à mes enfants? De leur dire encore d'aller faire du vélo. Leur demander de prendre leur vélo pour aller faire un tour. Et ne plus jamais les revoir. L'envoyer comme ça à la mort.

Et pourtant, il faut que je continue à avancer, à me battre. Notamment pour mes deux autres enfants. J’ai deux autres enfants. Aujourd'hui, je témoigne pour alerter sur les dangers de la route. Je demande aux automobilistes d'être plus prudents, de faire attention aux cyclistes mais aussi aux piétons. J'espère juste que ma voix portera. Qu'elle sera entendue aux plus hauts sommets de l'Etat".

*A la demande de l'intéressée, le prénom a été changé pour préserver son anonymat. 

Propos recueillis par Elodie Hervé