RMC

Automobile: comment fonctionnent les phares laser ?

Des phares dans la nuit

Des phares dans la nuit - Image Flickr

Les phares laser équipent actuellement les véhicules haut de gamme. Et si ils prennent leur temps pour se démocratiser sur toutes les voitures, ils permettent un meilleur éclairage sans éblouir les autres conducteurs.

On va bientôt passer à l’heure d’hiver et donc beaucoup plus circuler de nuit. Inutile de préciser que l’éclairage de nos voitures a une importance capitale dans ces conditions. Ce qu’on ne mesure pas c’est qu’il a beaucoup progressé depuis ses débuts. Au départ, les automobiles éclairaient la route avec des lampes à acétylène puis en 1912 Cadillac a introduit les phares électriques, une révolution. En 1962 il y a eu les lampes allogènes, ce qu’on appelait les phares à iode. En 1991 les phares au xénon, puis les phares à LED et enfin, les phares laser.

Ce n’est pas de la science-fiction la première voiture qui en a été équipé était la BMW i8 en 2014, suivi de peu par l’Audi R8 LMX. Cette nouvelle technologie fait appel à des diodes laser et à un micro miroir qui, en bougeant rapidement, redirige le faisceau laser. Les diodes laser sont particulièrement impressionnantes en raison de leur petite taille qui permet de faire des phares minuscules. Elle génère aussi un flux lumineux uniforme dont la brillance et 4 fois supérieures à celle d’une LED.

Ça va donc permettre d’éclairer beaucoup mieux la route ?

La portée de ses phares laser est de 600 m, c’est 2 fois plus qu’un projecteur à LED actuel. Mais le principal avantage c’est sans doute qu’il s’agit d’un éclairage intelligent. Par exemple lorsque le véhicule évolue à basse vitesse, la lumière est projetée sur une zone plus large afin d’éclairer la route sur un angle très ouvert. Plus la vitesse augmente plus l’angle d’ouverture est restreint tandis que l’intensité et la portée du faisceau sont augmentés.

Ça ne risque pas d’éblouir les automobilistes qui viennent en face ?

Au contraire. La distribution de la lumière se fait avec une grande précision. Ça signifie qu’on peut contrôler la clarté des différentes zones d’éclairage et, par exemple, diminuer ponctuellement l’intensité en direction du véhicule qui vient en face. Pour être plus clair : on peut rester en pleins phares sans jamais éblouir ceux qui viennent en face.

Quand verra-t-on cette technologie sur toutes les voitures ?

Peut-être pas tout de suite même si les prix ont considérablement baissé. On estime que les feux laser de la BMW et de l’Audi dont on parlait précédemment coûtaient aux alentours de 5000 euros. Le coût a sans doute été divisé par 3 mais ça s’adresse toujours à des véhicules haut de gamme. C’est en général une option sur les grosses berlines allemandes

Jean-Luc Moreau