RMC

"C’est à cause de cette grève c'est ça ?": à Paris, les touristes aussi vivent au rythme de la mobilisation

-

- - -

La foule de touristes est moins dense que d'habitude au pied de la Tour Eiffel alors que la grève des transports touche toujours la France.

Du soleil, un ciel bleu mais des touristes beaucoup moins nombreux que d'habitude aux pieds de la Dame de Fer, ce que confirme Medhi habitué des lieux: "C'est plein habituellement. Le trottoir est plein surtout les jours comme Noël. Les gens ont du mal à se déplacer donc je pense qu'ils doivent rester à l'hôtel", assure-t-il à RMC. Et les clients arrivent au compte-goutte : "On travaille moins c'est clair", souffle-t-il.

Métros, bus, le trafic est toujours très perturbé dans la capitale. Suzanne est venue de Suisse avec sa famille pour réveillonner à Paris. Et depuis deux jours elle traverse Paris à pieds faute de transports en commun: "On dirait qu'il y a des gens qui attendent à l'arrêt mais je ne sais pas si le bus va arriver ou non".

"C'est vraiment difficile de se promener car les distances sont grandes. Alors si même les bus ne fonctionnent pas on est vraiment bloqués. C’est à cause de cette grève qu'il y a en ce moment c'est ça? On avait prévu ce voyage depuis longtemps donc ça fait plusieurs semaines déjà que je suis de près l'actualité", explique la Suissesse au micro de RMC.

"On ressent la bataille des retraites"

Et Suzanne est bien renseignée : "Ça a un rapport avec le système de retraites c'est bien ça? le gouvernement français veut créer un régime universel pour tout le monde, mais certaines corporations vont perdre les avantages de leur régime spécial", résume-t-elle.

C'est plus difficile à dire et comprendre pour Jason qui habite à 11.000 kilomètres de Paris et est venu des Philippines avec son épouse, ses deux filles et ses parents. Et depuis leur arrivée, impossible de prendre le métro : "On prend des Uber, des taxis, ça nous coûte très cher", explique-t-il. "Malgré tout on est heureux. Il fait beau, il y a du soleil, c'est beau", tempère sa mère.

C'est pour la tour Eiffel que Pierre est lui venu spécialement de Haute Savoie pour les fêtes. Son train supprimé, il a dû prendre la voiture : "Madame voulait venir alors je suis venu à Paris mais là je vais repartir dans mon pays. Les gens sont moins fous, les vélos, les trottinettes partout c'est abominable. On ressent la bataille des retraites à Paris, mais les gens ont le droit de se battre pour leur avenir". D’ailleurs Pierre, soutient la grève.

Marie Monier (avec Guillaume Dussourt)