RMC

Vacances d'Elisabeth Borne au Maroc: une preuve que le gouvernement ne veut plus négocier selon les opposants à la réforme des retraites

La ministre de la Transition énergétique a ouvert une nouvelle polémique avec ces vacances de Noël à l'étranger. Et les opposants politiques de droite comme de gauche s'en sont donnés à coeur joie.

Une escapade qui passe mal. La ministre de la Transition énergétique, Elisabeth Borne, passe ses vacances à Marrakech, au Maroc, en plein conflit social sur la réforme des retraites. Les opposants à la réforme se sont empressés d'ouvrir une nouvelle polémique. 

"Un peu choquant" pour le député Les Républicains Claude Goasguen. "L'illustration de la stratégie du pourrissement", pour le Parti communiste. Une ministre en première ligne dans la crise sociale qui s'échappe quelques jours au soleil et à l'étranger, voilà de quoi donner du grain à moudre à tous ceux qui considèrent à droite comme à gauche que le gouvernement ne veut plus négocier.

En lien permanent avec son cabinet

Le cabinet d'Elisabeth Borne a tenté de désamorcer la polémique hier en précisant qu’il n’y a pas de règle kilométrique ou d’interdiction de sortie du territoire pour les ministres. Qu'elle est en lien permanent avec son cabinet et ses secrétaires d'Etat et que la ministre peut être de retour à Paris en quelques heures seulement.

Des éléments de langage que le gouvernement ressort à chaque vacance scolaire, crise sociale ou pas. 

Pierrick Bonno avec Guillaume Descours