RMC

"C’est bloqué alors qu’en général il n’y a personne": la peur de la pénurie d'essence plus forte que les blocages de raffinerie

C'est la peur de manquer qui occasionnerait de telles files d'attente devant les stations essence, alors que seules deux raffineries sur huit sont bloquées depuis le début des grèves.

Pour renforcer la grève, la CGT appelle à un blocage total de toutes les raffineries du 7 au 10 janvier. Certaines sont déjà à l'arrêt depuis le 5 décembre. C'est le cas de la raffinerie Total de Grandpuits, en Seine-et-Marne où les expéditions de carburant sont bloquées depuis 3 semaines. Mais pour le moment, l’impact reste limité, mais la peur de manquer prend le dessus.

À Paris, une longue file d'attente se dresse devant les stations essence. Et comme beaucoup d'automobilistes, Arnetti se réapprovisionne un peu plus tôt que d'habitude : "Ici c’est bloqué alors qu’en général il n’y a personne. D’habitude je mets de l’essence uniquement quand je suis en réserve. Comme là il n’y a plus d’essence aux alentours, ça m’incite à le faire, on est obligé", explique-t-il au micro de RMC. Même constat pour Nessan, le pompiste. Beaucoup de passage et des clients rarement sur la réserve: "Ils sont plus qu’à moitié plein mais ils viennent quand même", constate-t-il.

Mimétisme

C'est le cas de Thérèse, inquiète à l'idée de manquer d'essence puisque sa voiture sert de navette à sa famille pendant les grèves : "Je trouve ça très inquiétant d’être bloqué en grande banlieue. Je veux être capable d’aller chercher mes enfants s’ils sont loin et qu’ils ne peuvent pas rentrer", raconte-t-elle.

Pour l'instant, les blocages n'affectent pas vraiment l'approvisionnement des stations-service. Mais si les usagers se précipitent à la pompe, c'est pour une autre raison explique Patricia Mozdzan, psychologue : "On voit son voisin mettre de l’essence donc on se dit qu’il a des informations qu’on a pas. On se dit 'si les autres le font c’est qu’il y a une raison et moi je dois faire pareil'". Sur les 8 raffineries en France métropolitaines, seules deux ont été bloquées depuis le début des grèves.

Laura Taouchanov (avec Guillaume Dussourt)