RMC

Campagne de pub polémique à Béziers: "Robert Ménard cible toujours les femmes ou les migrants"

Invitée ce mardi de Bourdin Direct, l'ancienne ministre des droits des femmes Laurence Rossignol a dénoncé la nouvelle campagne de communication du maire de Béziers, Robert Ménard, montrant une femme ligotée sur des rails.

C'est peu dire que la nouvelle campagne de communication de Robert Ménard a choqué. Notamment Laurence Rossignol, ancienne ministre des droits des femmes, invitée ce mardi de Bourdin Direct. Sur cette campagne d'affichage, on voit une femme ligotée sur les rails d'un train, avec pour illustration: "Avec le TGV, elle aurait moins souffert". "On sait que tous les ans, 120 femmes meurent sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-compagnon", explique Laurence Rossignol sur RMC.

Pour l'ancienne ministre, cette campagne est d'autant plus mal venue qu'au mois de juin, "une jeune femme qui s'appelle Emilie, qui avait 34 ans, a été ligotée par son mari qui l'a posée sur les rails du TGV en Eure-et-Loir". Percutée par un train, la jeune femme, mère de 4 enfants, est décédée. Robert Ménard "l'a tué une deuxième fois" avec cette campagne, assène Laurence Rossignol.

"Robert Ménard l'a tuée une deuxième fois"

Le maire de Béziers assure qu'il n'était pas au courant de ce fait divers, au moment de lancer sa campagne de communication. "Il devrait s'intéresser au monde dans lequel il vit, ironise Laurence Rossignol. Je suggère à Robert Ménard de s'intéresser aux violences faites aux femmes parce que dans sa ville, il y a des femmes victimes de violences et il a le devoir, en tant qu'élu, de mettre en place ce qui est nécessaire pour les protéger".

"C'est un récidiviste en matière de campagne de communication. Il a d'ailleurs toujours les mêmes cibles: les femmes ou les migrants, dénonce l'ancienne ministre. Il essaie de réveiller les vieux mauvais réflexes de la société".

P. G. avec J-J. Bourdin