RMC

Carburant: le patronat tire la sonnette d'alarme face aux pénuries

Face au manque de carburant qui pénalise les entreprises, le patronat s'alarme ce lundi et réclame des solutions.

Le patronat a tiré ce lundi la sonnette d'alarme sur la pénurie des carburants, la Confédération des PME demandant des mesures à l'Etat pour approvisionner les stations-service, tandis que le Medef appelle les syndicats à "saisir la main tendue" des raffineurs ExxonMobil et TotalEnergies.

Après environ deux semaines de grève, presqu'un tiers des stations-service en France sont affectées par des pénuries de carburant.

Selon la CPME, "les difficultés d'approvisionnement commencent à peser sur l'activité économique" particulièrement dans le nord et en Ile-de-France.

"De nombreuses entreprises commencent à avoir de réelles difficultés pour exercer leur activité", rapporte de son côté le Medef, qui rappelle que 75% des salariés "utilisent chaque jour leur voiture" pour se rendre sur leur lieu de travail.

La première organisation patronale française, dont les entreprises adhérentes représentent plus de 9 millions de salariés, estime qu'il "est temps de trouver, dès aujourd'hui, une issue à ce conflit par le dialogue social et ainsi permette aux stations-service d'être réapprovisionnées dans les plus brefs délais".

Des réquisitions à envisager selon la CPME

"Il en va de la poursuite de l'activité économique du pays", ajoute le Medef. La CPME a une approche différente.

"Si la grève est un droit, elle ne doit pas mettre en cause la liberté de circulation et de travailler", d'après cette organisation qui dénonce le mouvement d'un "petit nombre de salariés des raffineries TotalEnergies et ExxonMobil, qui vont pourtant bénéficier d'un montant financier record au titre de la participation".

"Si la voie normale du dialogue social ne permet pas de trouver une issue à ce conflit" il convient, selon la CPME, "que les pouvoirs publics - et en particulier les préfets - assument les responsabilités qui leur incombent en prenant les mesures, y compris juridiques, telles que des réquisitions, pour assurer le fonctionnement normal des raffineries".

Pour l'organisation qui regroupe 243.000 TPE, PME et ETI, "il n'est pas concevable que des pénuries organisées de carburant viennent s'ajouter aux difficultés actuelles liées à l'augmentation des prix du gaz et de l'électricité

LP avec AFP