RMC

"Cet été, on y verra plus clair": vers la fin du permis de conduire à vie?

Avec le combat de la sportive paralympique Pauline Déroulède, amputée de la jambe gauche après avoir été percutée par la voiture d'un nonagénaire, le permis de conduire pourrait connaître une révolution: la fin du permis à vie, conditionné à des visites médicales. Des annonces pourraient être faites cet été.

C'est le combat d'une vie. Le 27 octobre 2018, Pauline Déroulède est à Paris, à l'arrêt, sur son scooter, sur un trottoir et "attend sa copine qui est partie faire une course". Ce jour-là, Pauline Déroulède est fauchée par une voiture, conduite par un homme de 90 ans qui en a perdu le contrôle et perd, sur le coup, sa jambe gauche qui sera amputée. "J'étais au mauvais endroit au mauvais moment." Ce jour-là, en salle de réveil, elle se fait deux promesses: être aux Jeux paralympiques de Paris en 2024, en tennis fauteuil, et mener le combat pour en finir avec le permis à vie.

"Quand j'ai su les circonstances, je me suis dit que c'était dingue qu'il n'y ait aucune mesure autour du permis de conduire, qu'on l'ait à vie, sans aucun contrôle", explique-t-elle dans la Matinale Week-End de RMC.

Celle qui depuis est devenue championne de France de tennis fauteuil et peut rêver des Jeux à Paris à l'objectif de faire changer les choses et milite pour un contrôle médical obligatoire tous les dix ans pour le permis de conduire, ayant pour objectif de vérifier que le conducteur est bien apte à prendre la route. Ce contrôle serait plus fréquent avec l'âge avec un contrôle à 60 ans, 65 ans puis tous les deux ans à partir de 70 ans. Un contrôle qui en cas d'inaptitude retirerait le permis.

Un contrôle qui existe en Europe

Ce contrôle existe chez nos voisins européens mais pas en France, qui est même plutôt un contre-exemple en Europe. Au Portugal, par exemple, il faut revalider son permis à 40 ans, puis le valider à nouveau à 50, 65 et 75 ans. En Suisse, une visite médicale obligatoire est programmée à 70 ans. En Espagne, il y a un test de capacité tous les dix ans et tous les cinq ans à partir de 65 ans. En Belgique, le permis est aussi à renouveler tous les dix ans. Seulement trois pays font figure d'exception en Europe: la Pologne, l'Allemagne et donc la France. Pauline Déroulède se défend de vouloir "interdire aux vieux" de conduire:

"Je défends juste des visites médicales tout au long de la vie, avec une fréquence plus régulière au bout d'un certain âge. A 50 ans, on peut avoir quelque chose qui diminue les facultés, l'aptitude."

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Accidents-âge, un vrai lien?

Si on regarde les chiffres de la sécurité routière et que l'on compare les tranches d'âges, les 65 - 74 ans sont présumés responsables dans moins d'accidents mortels que les moins de 24 ans. 64 % contre 77 %. En revanche, ce pourcentage s'élève avec l'âge : les plus de 75 ans sont présumés responsables dans 82 % des cas.

Si on regarde les exemples de mauvaises conduites qui impliquent des séniors dans la presse, ils sont très nombreux: le 3 dernier janvier, par exemple, à Albi, un conducteur prend la nationale 88 en contre sens. Une semaine plus tôt, même scénario, cette fois sur l'autoroute A20 à hauteur de Vierzon, une femme roule sur un tronçon de 12 kilomètres, là encore à contre sens. Le 24 juillet dernier, accident dramatique en Isère. Deux morts et trois blessés après la collision d'une voiture qui roulait également dans le mauvais sens. Le point commun entre ces trois faits divers étant que tous les conducteurs en contre sens avaient plus de 80 ans.

"Le gouvernement a pris conscience des choses"

Pauline Déroulède estime que cette idée doit être interministérielle et souhaite qu'il y ait des "solutions alternatives de mobilité", si la personne perd son permis, et ne pas opposer urbains et ruraux:

"On ne peut pas laisser les gens isolés à la campagne."

Elle estime qu'il faut développer un système sur tout le territoire de navettes. Une idée sur laquelle travaille le ministère des Transports. Après quatre ans de combat, elle estime que "le gouvernement a pris conscience des choses et doit trouver des solutions acceptables pour tout le monde." Selon elle, des premières annonces pourraient avoir lieu au milieu de l'année 2023: "cet été, on y verra plus clair."

NDLR : Cette proposition portée par Pauline Déroulède n'a rien à voir avec la date d'expiration de la carte du permis de conduire format carte bancaire qui est juste à renouveler tous les quinze ans avec une simple formalité administrative, sans visite médicale ni examen, pour mettre à jour photographie, adresse et remplacer la puce électronique du format carte de crédit.

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC