RMC

Chassé-croisé sur la route des vacances: hausse "inquiétante" des accidents mortels sur autoroute dus à l'inattention

Avec les premiers gros départs en vacances, les forces de l'ordre sont particulièrement vigilantes au respect des vitesses maximales autorisées. Depuis le confinement, les gendarmes des Bouches-du-Rhône ont observé un relâchement dans le respect des règles de sécurité.

Plus que jamais: prudence sur les routes. Bison Futé voit rouge samedi sur toute la France dans le sens des départs. En cette veille de départs en vacances, les contrôles routiers se multiplient. Les forces de l'ordre sont notamment vigilantes au respect des vitesses maximales autorisées. Pourtant, une autre cause fait craindre le pire: l'inattention. 

Elle a été, en 2019, la cause d'un accident mortel sur autoroute sur cinq, une part qui a quasiment doublé en deux ans, selon le bilan annuel de l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (ASFA) publié vendredi, début d'un week-end de grands départs en vacances.

En dépit de drames comme l'accident sur l'A7 qui a coûté la vie à cinq enfants lundi soir, les autoroutes demeurent de loin le réseau routier le plus sûr: sur 3.244 victimes de la route en France métropolitaine l'an passé, selon la Sécurité routière, 154 sont mortes sur les autoroutes concédées (trois de moins qu'en 2018) d'après les chiffres de l'ASFA, qui regroupes les concessionnaires privés gestionnaires de 9.180 des 12.000 kilomètres d'autoroutes françaises. 

Quelque 20% des accidents mortels ont eu pour cause l'inattention, qui devient le troisième facteur derrière l'alcool, les drogues et médicaments d'une part (21%), et la somnolence et la fatigue d'autre part (21%), mais désormais devant la vitesse excessive (16%).

Le téléphone portable pointé du doigt

Alors qu'ils ne représentent que 17% des conducteurs sur autoroute, les moins de 35 ans sont à l'origine de 35% des accidents mortels dus à l'inattention, et à l'origine de 28% de tous les accidents mortels. En cause, selon les associations, l'utilisation du téléphone portable au volant, notamment. 

Selon un sondage Harris Interactive pour l'ASFA également publié vendredi, si les Français interagissent moins avec les écrans -téléphone ou GPS- au volant que l'an passé (65%, -7 points), ceux qui le font adoptent des comportements plus dangereux. 

Ainsi, parmi les utilisateurs de téléphone au volant, 71% répondent en kit main libre (+14 pts), 57% consultent leur téléphone lorsqu'ils reçoivent une notification (+12) et 42% répondent ou écrivent un message en tenant le téléphone à la main. 

La rédaction de RMC (avec AFP)