RMC

Chine: la ville de Zhengzhou piégée par les eaux, au moins 33 morts

La ville de Zhengzhou a vu tomber en trois jours l'équivalent d'un an de pluies. Cette épisode climatique vient s'ajouter aux intempéries meurtrières de la semaine dernière en Belgique et en Allemagne.

Des pluies impressionnantes se sont abattues sur la ville de Zhengzhou, une grande ville située à 700 km au sud de Pékin. Cette immense métropole de 10 millions d'habitants a été submergée par l'eau. Les inondations ont été qualifiées d'"extrêmement graves" par le président Xi Jinping. Ces inondations ont fait 33 morts et huit disparus, selon un nouveau bilan diffusé jeudi par la télévision nationale. Quelque 376.000 personnes ont été évacuées, a précisé CCTV.

>> A LIRE AUSSI - Intempéries records en Chine: au moins 12 morts dans un métro, un barrage menace de s'effondrer

Un centre-ville inondé, des voitures immergées, un métro envahi par les eaux. Certains passagers se sont retrouvés coincés dans une rame, avec de l'eau jusqu'aux épaules. Comme Zhang, qui a dû s'accrocher à la rampe pour résister au courant.

"Les crues étaient si fortes. Beaucoup de personnes ont été emportées. Le peu d'entre nous qui restait, y compris un enfant, était tellement fatigué, qu'on était sur le point d'abandonner. Nous avons continué à nous tenir à la rampe, c'est pour ça que vous pouvez voir de nombreuses contusions sur mes bras", détaille-t-il.

Des phénomènes de plus en plus fréquents?

Il s'agit des pluies les plus fortes enregistrées depuis 60 ans. L'épisode climatique est inhabituel, confirme Sébastien Léas, prévisionniste à Météo France.

“On a eu 600 mm en trois jours. C’est l’équivalent de la pluviométrie annuelle sur Paris, mais aussi sur Zhengzhou. Donc d’avoir autant de précipitation sur une zone habitée comme ça, on ne l’avait presque jamais vu”, assure-t-il.

De nombreux experts pointent du doigt le réchauffement climatique. Pour le climatologue Pascal Yiou, les intempéries pourraient se répéter avec plus d'intensité à l'avenir. “On a un avant-goût de ce qui peut se passer. Et ce qui peut se passer ça peut être encore pire”, avoue-t-il.

La semaine dernière des inondations avaient déjà frappé l'Europe faisant plus de 200 morts.

Alexandra Sirgant avec Guillaume Descours