RMC

Des agents de la SNCF armés dans les trains: "Le surarmement, je trouve ça dangereux"

-

- - AFP

Ce vendredi, Guillaume Pépy, le président de la SNCF a annoncé que des agents de la SNCF armés circulaient désormais dans les trains. Une mesure qui rassure certains passagers mais ne fait pas l'unanimité.

Noël se fera sous haute surveillance. Outre les 91.000 membres des forces de sécurité déployés samedi et dimanche sur le territoire, des agents de la SNCF armés sont désormais présents dans les trains, a annoncé vendredi le président de la SNCF Guillaume Pepy.

Cette mesure qui était incluse dans la loi Savary, votée en avril dernier, comportait un volet sur la sécurité dans les transports, mais le dispositif a été mis en place ce samedi.

fLe dispositif rassure certains des 1,2 million de passagers qui vont transiter dans les gares et les trains de la SNCF. Noémie, 23 ans, accompagne régulièrement des groupes d'enfants et approuve la mesure: "Savoir qu'on peut être en sécurité, c'est plutôt bien avec des groupes d'enfants. Et même si je suis seule dans un train, ça me rassure".

D'autres sont plus sceptiques comme Adrien: "Armer tout le monde et n'importe qui, je pense que c'est plus dangereux que rassurant. On n'est pas à l'abri d'une bavure. Le surarmement, je trouve ça dangereux".

"Gérer le terrorisme, ce n'est pas notre vocation"

Mais quel est le champ d'action de ces agents? Stéphane Chatel, représentant national FO à la Surveillance Générale, rappelle qu'ils ne sont pas là pour remplacer les forces de l'ordre: "On a parlé de 'marshall' dans les trains, on est pas du tout sur un système comme ça. Ce ne sont pas des agents formés à la lutte antiterroriste. C'est un effet d'annonce, mais pour notre service, c'est quelque chose de positif, c'est forcément très efficace dans certaines situations et notamment dans le cadre du flagrant délit, mais je ne pense pas qu'on soit les plus aptes à gérer du terrorisme, ce n'est pas notre vocation et on n'est pas formé pour ça".

A terme, près de 1.000 agents de la SNCF pourront patrouiller en civils avec leur arme.

P.B. avec Romain Cluzel