RMC

Des avoirs au lieu de remboursements: les clients des compagnies aériennes lésés?

Les annulations de vol à la dernière minute se multiplient à cause de la pandémie et les compagnies proposent majoritairement des avoirs au lieu d'un remboursement qui est pourtant légal.

Les compagnies aériennes sont "à genoux" déclarait mercredi le directeur général de l'Association internationale du transport aérien Alexandre de Juniac sur BFM Business. Résultat, les compagnies demandent aux passagers d'accepter des avoirs plutôt que de solliciter des remboursements pour les vols annulés pendant la crise sanitaire.

Si les consommateurs le réclament, elles peuvent les rembourser mais avec au moins neuf mois de décalage afin de préserver leurs finances mises à mal par la crise. Les règles européennes donnent pourtant aux passagers le droit à un remboursement sous deux semaines. Une position des entreprises du secteur qui a été attaquée par des associations de défense des consommateurs.

"On ne comprend pas pourquoi on ne peut pas faire respecter la loi aux compagnies aériennes"

Malgré le mea culpa et l'appel du secteur des compagnies aériennes, les voyageurs ne décolèrent pas. Vincent devait partir en vacances ce jeudi avec sa conjointe pour Dakar au Sénégal. Mais le vol a été annulé par la compagnie Air Sénégal qui lui répond tout simplement qu'il aura un avoir de 1.600 euros valable 1 an seulement, ou rien.

"On n'a aucune garantie de pouvoir repartir avec la compagnie à Noël, on n'aura pas forcément le temps, l'été non plus. on aurait été ravis d'avoir un remboursement pour éventuellement changer de destination et ne pas être forcé de repartir sur cette prochaine année."

Les compagnies aériennes sont pourtant dans l'obligation de rembourser les billets des vols annulés mais aujourd'hui elles proposent plutot ses avoirs. Une situation inadmissible pour Jean-Pierre Mas, président des entreprises du voyage.

"On ne comprend pas pourquoi on ne peut pas faire respecter la loi aux compagnies aériennes. C'est une semaine après, si on la compagnie ne peut pas assurer le vol, elle est tenue de rembourser. Les avoirs ne sont garantis par rien. Les voyageurs n'auront aucune garantie si la compagne dépose le bilan."

"Nous demandons à genoux l'aide des passagers"

Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien Alexandre de Juniac, demande un peu de compassion aux voyageurs.

"On est dans une situation de trésorerie tellement dure que nous demandons l'aide des passagers. Et nous le demandons à genoux."

Bruxelles a lancé début juillet une procédure d'infraction à l'encontre de dix pays de l'Union européenne, dont la France pour défendre le droit des voyageurs à se faire rembourser.

Romain Poisot (avec J.A.)