RMC

"Dupin Quotidien": carburant vendu à prix coûtant, est-ce vraiment intéressant?

Avec la hausse des prix du carburant, les enseignes de grande distribution veulent attirer de la clientèle. En effet, Leclerc, Carrefour et Intermarché ont annoncé qu'ils allaient vendre du carburant "à prix coûtant". Mais est-ce vraiment intéressant?

La grande distribution surfe sur la vague de mécontentement concernant les prix des carburants. Plusieurs enseignes ont annoncé des opérations spéciales pour faire venir les clients. Leclerc, Intermarché et Carrefour ont annoncé qu'ils allaient à titre exceptionnel distribuer des carburants à prix coûtant pour une période limitée. 12 jours dans les hypermarchés carrefour, jusqu'à la fin du mois chez Leclerc, par exemple. Et ces opérations s'accompagnent d'un message presque politique. Michel-Edouard Leclerc affirme qu'il faut "choisir son camp, que la grogne est légitime et qu'il faut y répondre". Un message à destination des consommateurs mais aussi des pouvoirs publics.

Quant aux hypermarchés du groupe Carrefour, ils "se mobilisent pour le porte-monnaie des Français". Une belle opération de communication pour les deux enseignes qui jouent la carte du pouvoir d'achat des Français. Carrefour en profite pour communiquer d'ailleurs sur d'autres opérations promotionnelles pour Noël avec des crédits trois fois sans frais...

Mais, concrètement, que changent ces opérations "prix coûtant" sur le ticket de caisse?

Mauvaise nouvelle: pas grand chose. Il ne faut pas s'attendre des miracles. Le carburant à prix coûtant signifie que les distributeurs ne prennent pas de marge sur la vente du carburant mais qu'ils se remboursent seulement le prix d'achat et de transport.

Sauf que les carburants sont surtout des produits d'appel pour la grande distribution pour faire venir les clients donc les marges sont déjà limitées: entre 4 et 5 centimes par litre environ...

Si vous prenez 10 litres, ça fait 50 centimes. Avec 60 litres, un plein donc, vous ferez 3 à 4 euros d'économie sur un plein. Evidemment c'est très variable car les stations ne sont pas du tout au même prix partout en France.

Les prix des carburants toujours à la hausse?

Le prix du baril a légèrement baissé: il était à 74 euros début octobre et là on est plutôt aux alentours de 68 euros mais ça n'a que peu d'impact: 3 centimes de moins sur un litre...

Pour que ça baisse vraiment, il faudrait une grosse variation. Evidemment, ça va dépendre beaucoup du contexte international, comme la situation au Venezuela difficile, les tensions USA/Iran, la croissance, les taux de change...

Il faut se souvenir, qu'il y a un peu plus d'un an, le gazole était à 1,17 euro, l'essence à 1,34 euro. Dans les faits, ce qui est dur pour les consommateurs est la vitesse d'évolution des prix, auxquelles sont venus évidemment s'ajouter la hausse des taxes au premier trimestre 2018 et qui vont de nouveau augmenter au 1er janvier 2019.

Marie Dupin