RMC

En France, les vélos électriques ont la cote

Les vélos électriques représentent désormais 40% du chiffres d’affaires total des ventes de vélos.

Plus de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires. C’est énorme, en forte croissance. Ça fait près de 3 millions de vélos électriques vendus l’an dernier, 21% de plus un an. Et évidemment comme les vélos électriques coûtent plus cher que les vélos classiques, ils représentent désormais une part très conséquente en terme de chiffre d’affaires même si dans les faits ce sont encore 13% des vélos vendus qui sont à assistance électrique. C'est tout de même beaucoup et ce n’est pas étonnant puisque le vélo électrique permet d’économiser sur les dépenses en carburant ou en transports en commun et n’émet pas de gaz à effet de serre.

Pour un vélo électrique, il faut compter en moyenne 1.600 euros contre 340 euros pour un vélo traditionnel donc c’est un budget. 4 fois et demi plus. Mais il existe aujourd’hui tout un tas de subventions pour vous aider à acheter un vélo électrique, même si la principale aide de l’Etat a été supprimée pour les personnes imposables par le gouvernement.

Des aides délivrées par les villes

Désormais, ce sont certaines collectivités notamment des mairies qui le proposent. La ville de Paris par exemple vous rembourse 33% du prix d’achat, celle de Marseille 25%. A chaque fois dans la limite de 400 euros. Mais il existe aussi des aides à Poitiers, Nice et dans de très nombreux départements comme le Gard le Morbihan la Savoie, donc renseignez-vous pour savoir si vous êtes concerné.

Dans d’autres pays d’Europe, les aides sont beaucoup plus importantes pour développer la pratique et le développement du vélo. C’est le cas notamment aux Pays-Bas et en Allemagne. Les Pays-Bas où 29% des déplacements urbains se font à vélo. Mais il existe aussi des aides très importantes en Grande Bretagne, en Irlande. Là-bas, les entreprises peuvent bénéficier de très fortes incitations fiscales pour aider leurs salariés à acheter un vélo. Et en Italie, c’est le gouvernement lui-même qui rembourse 30% de l’achat d’un vélo, électrique ou pas.

Marie Dupin