RMC

Faut-il rendre le stationnement payant pour les deux-roues? Ça fait débat sur RMC

Le candidat à la mairie de Paris de centre-droit Pierre-Yves Bournazel propose de mettre en place un stationnement payant pour les deux-roues. La mesure fait débat dans la capitale.

Il dénonce une anarchie du stationnement et propose de faire payer aux conducteurs de deux-roues. Dans sa proposition, Pierre-Yves Bournazel avance même un tarif: "0,50 d'euro par jour pour le stationnement résidentiel, 1,30 euro la première heure en zone centrale, 0,80 d'euro en zone périphérique". La mairie de Paris lancera des états généraux du stationnement en 2020.

Avec 100.000 à 150.000 deux-roues motorisés qui circulent tous les jours dans la capitale le stationnement des motards pourrait donc devenir un enjeu pour les municipales de Paris.

"Il y aura des grèves, c’est obligatoire"

Faire payer le stationnement des deux-roues dans Paris, la mesure plaît guères aux motards. Tous les jours, Robin vient travailler en moto à paris: "C’est mon seul moyen de locomotion".

Hors de question pour lui de payer le stationnement: "Même deux euros. Deux euros c’est une somme. Je travaille 20 jours donc c’est compliqué. Je ne comprends pas qu’on fasse payer, payer, payer. Tout est blindé, il y a très peu de parkings pour deux-roues, en plus ils sont utilisés pour tout et n’importe quoi, que ce soit des trottinettes ou des vélos. En plus, si on doit payer, c’est la double peine. Il y aura des grèves, un mouvement, une contestation, c’est obligatoire".

"Les deux-roues ont disparu à Vincennes où le stationnement payant est effectif"

Peu importe pour Pierre-Yves Bournazel, président du groupe "100% Paris" et candidat à la mairie de Paris. Il faut faire payer les motards: "La situation est la pire possible. On a des trottoirs qui sont saturés par une mauvaise gestion des travaux, par des deux-roues motorisés qui encombrent les trottoirs, qui polluent 11 fois plus de monoxyde d’azote par exemple qu’une voiture essence et ils ne payent rien. Il faut apporter des solutions concrètes".

Un constat, partagé par Franck-Olivier Torro du collectif "Ras le scoot!". Invité de la matinale ce lundi, il a notamment mis en avant l’expérimentation de la ville de Vincennes, qui a rendu payant le stationnement pour les deux-roues depuis un an et demi: "A Charenton et Vincennes, c'est déjà payant: environ un tiers du stationnement d'une voiture (…) Les deux-roues ont disparu à Vincennes où le stationnement payant est effectif".

Romain Poisot (avec Caroline Petit)