RMC

Froid: une "route-radiateur" pour lutter contre le verglas et chauffer les logements

Face au froid qui gagne la France ces derniers jours, Anthony Morel présente sur RMC la "route-radiateur", qui est testée dans certaines régions. Elle emmagasine la chaleur l’été pour la rendre l’hiver, quand il y en a besoin.

Alors que le verglas et les premiers flocons s’invitent sur la France, il y a une innovation dingue à découvrir dans le domaine du BTP. Des routes chauffantes, qui se déneigent et suppriment le verglas toutes seules et qui peuvent même chauffer les habitations aux alentours. La "power road", mise au point par Eurovia, filiale de Vinci, est testée et mise en place en Corrèze, dans le Doubs ou encore dans les Yvelines. Le principe: la route capte le rayonnement du soleil l’été -et tous ceux qui ont déjà touché une route ensoleillée savent à quel point le bitume capte la chaleur- et stocke jusqu’à 20% de la chaleur produite sur la chaussée (il y a quand même une déperdition) en sous-sol, grâce à un réseau de tubes placés sous le bitume et dans lesquels circule un fluide caloporteur. Ça permet d’emmagasiner la chaleur et de la réutiliser l’hiver, quand on en a besoin.

Des capteurs déterminent la température et l’humidité extérieures, et quand il commence à givrer ou à neiger, un échangeur thermique va restituer et utiliser cette chaleur pour réchauffer la chaussée et faire fondre la neige ou l’empêcher d’adhérer. Les portions de route équipées, comme à Egletons, en Corrèze, restent toutes noires quand le reste est recouvert de neige. Et cela permettrait aussi d’éviter d’utiliser du sel, cher, mauvais pour l’environnement et pas toujours efficace quand il faut dégivrer… Le point bonus, et il n’est pas négligeable, c’est que l’énergie thermique générée pourrait même alimenter –en partie- en chaleur les bâtiments autour. Une surface de 25 mètres carrés de cette route chauffante stocke l’équivalent des besoins en chauffage d’un logement de 70 m². Installée sur un parking dans le département de la Loire, cette technologie permet déjà d’alimenter en chaleur une piscine municipale ou encore des logements sociaux.

La question est toujours celle du retour sur investissement. Ce genre de route coûte deux fois plus cher que les infrastructures classiques. Il ne s’agirait pas d’équiper toutes les routes, mais des portions très spécifiques notamment les ponts, les intersections et les voies de sorties, où les accidents sont les plus fréquents, ou encore les tarmacs d’aéroport ou les parkings. Cela illustre bien ces routes du futur, plus intelligentes. Autre exemple: aux Pays-Bas, on réfléchit à des marquages au sol d’un genre nouveau, capables d’alerter l’automobiliste en cas de verglas, avec la "smart highway". Cette fois, les marquages au sol sont revêtus d’une peinture spéciale qui va réagir à la température. En cas de grand froid par exemple, vous allez voir apparaître directement sur la route, pendant que vous conduisez, des images lumineuses de flocons de neige, pour vous indiquer de faire attention au verglas. Les lignes au sol sont aussi revêtues de peinture électroluminescente. Le jour, elles emmagasinent de l’énergie en captant la lumière du soleil. Et la nuit, elles s’illuminent. Beaucoup plus économe –et efficace- que d’éclairer les routes avec des lampadaires.

Un liquide dégivrant à activer depuis son smartphone

Et puis en cas de grand froid, on pourra bientôt dégivrer sa voiture… depuis son smartphone. C’est le petit bonheur des matins d’hiver. On sort de chez soi déjà en retard, on se rend compte que la voiture a givré, il faut sortir le grattoir et s’escrimer dans le froid et l’obscurité… Fini tout ça. Bientôt, on pourra dégivrer sa voiture depuis son smartphone grâce à une application mobile qui s’appelle Clean4U. Le principe: vous êtes tranquillement en train de prendre votre petit déjeuner, vous appuyez sur le bouton dégivrer, ça va activer à distance des gicleurs placés dans les essuies glaces, qui vont diffuser un liquide dégivrant. En 1min30, le pare-brise est totalement propre, le tout sans faire tourner le moteur. C’est une innovation présentée par le Français Valeo, qui pourrait nous éviter quelques journées qui commencent mal.

Anthony Morel