RMC

Grève des taxis: les touristes étrangers entre colère et compréhension

Les violences des taxis lors de leurs manifestations ce jeudi ont été fermement condamnées par le gouvernement. Leur mobilisation s'est notamment traduite par le blocage de l'accès aux aéroports. Ainsi, les touristes étrangers n'ont pas pu y échapper. Mais comment ont-ils réagi face à tous ces désagréments? Reportage place de l'Opéra à Paris.

"C'est ça la France? Je suis plus en sécurité à Bagdad". Bloquée à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle à cause du conflit Uber-taxis, l'ex-compagne de Kurt Cobain, Courtney Love, a enchaîné les Tweets virulents, prétendant avoir été attaquée par des chauffeurs furieux. Elle a même appelé le président de la République à agir: "François Hollande, où est cette p… de police? C'est légal que des gens attaquent des touristes? Ramène tes fesses à l'aéroport". Mais, comme a pu le constater RMC place de l'Opéra à Paris, ce jeudi, il n'y a pas que Courtney Love qui s'est étonnée de ne pas trouver de taxi.

"C'est invivable ! Il n'y a aucun taxi ! Il devrait y en avoir un pour nous conduire à notre hôtel car nous ne connaissons pas Paris. Nous ne savons pas où aller", s'emporte Franz, un Allemand qui avait atterri plus de quatre heures auparavant et venait seulement de sortir du métro. Des touristes perdus dans une capitale sans taxis : pas de quoi améliorer la mauvaise réputation qui colle à la peau des Français.

"On s'en souviendra"

"C'est amusant parce qu'on m'a souvent répété 'Fais attention aux Français, il se passe toujours des choses bizarres chez'. Aujourd'hui j'arrive et c'est exactement le cas", déclare, hilare, Brian, un Américain de passage à Paris. Mike, venu avec une partie de sa famille, se montre lui-aussi très sévère. "Ce n'est pas une bonne publicité pour votre ville et ça risque de faire du mal à votre économie. Nous, nous sommes ici pour notre cinquantième anniversaire de mariage et on se souviendra que les taxis étaient en grève à ce moment-là".

Tous les touristes ne sont pas aussi énervés. Kirsten, par exemple, se veut plus compréhensive: "Je me sens solidaire des taxis. Tout le monde doit respecter les mêmes règles. S'il faut en passer par une grève ce n'est pas grave. Moi ça va m'incommoder seulement aujourd'hui alors que dans cette affaire les taxis risquent d'être gênés pour toutes les années à venir". Cette grève a même un bon côté pour Kirsten: elle va pouvoir visiter, à pieds, les rues de la capitale.

Maxime Ricard avec Constantin de Vergennes